| Aucun Commentaire
debutdetempete.jpg
Ouf !  Ça commence...


Le bon

Le chanteur colombien est parti hier matin pour Los-Angeles où il va enregistrer quatre chansons pour son EP au célèbre Henson Studios à Hollywood.

smilingjuahn&tom.jpg

Le chanteur colombien et le mari dans un restaurant espagnol de quartier

Le mari et moi, nous nous trouverons à Los-Angeles pour le week-end à partir de mercredi prochain. Le mari y va pour rendre visite à son père, installé là-bas depuis quelques années dans une maison de retraite catho, et pour donner un coup de main moral à sa sœur qui s’occupe du père. Moi, j’y vais en tant qu’époux dévoué, puisque je déteste voyager en avion (et survoler ces damnées Rocheuses me désespère toujours) et je n’aime pas Los-Angeles, qui, sauf pour certaines connaissances sympas et intéressantes qui ont pourtant commis l’erreur funeste d’y vivre, me suggère avant tout la banlieue nord du Nouveau-jersey reproduite dans un climat désertique aux bords de l’océan Pacifique.


Retour hésitant au quotidien

| 5 Commentaires
Les nouvelles de Paris ayant préoccupé la plupart de nos esprits depuis mercredi dernier, on a l’impression aujourd’hui, le lendemain de ces immenses marches de solidarité qui se sont déroulées un peu partout en France et dans le monde aussi, de pouvoir respirer un petit moment. Car, si rien n’a effectivement changé, ces derniers événements ont pourtant souligné la fragilité essentielle de certains de nos a priori. Pour les dessinateurs de Charlie Hebdo qui se rendaient compte et même se vantaient de leur provocation ainsi que pour les clients du supermarché cacher qui n’avaient aucune idée d’avoir la malchance d’être en train de faire des courses à ce moment fatal. Dans ces grandes explosions populaires d’émotion, on préférera tout naturellement faire semblant de ne pas voir les éléments plutôt hypocrites qu’on y rencontrera – ces hommes d’état qui font taire, par la prison ou par la mort, tous ceux qui chercheraient à leur nuire en disant la vérité sur eux en public qu’on verra marcher, bras dessus, bras dessous, à la tête du défilé de solidarité. On oubliera pour l’instant les efforts de certains, dont l’UEJF, à sanctionner l’expression de certaines idées sur un sujet qui leur touche tout en soutenant la libre expression de paroles offensives à d’autres. En ce qui concerne les crimes contre la liberté d’expression et d’opinion, c’est toujours les autres qui les commettent. (À ne pas manquer : l’article du 8 janvier par l’auteur Jonathan Turley, avocat et professeur de droit, intitulé « The biggest threat to French free speech isn’t terrorism. It’s the government. » paru dans le Washington Post et traduit en français traduit en français ici chez Novopress. Cela donne à réfléchir.)

Soutien, même si gelé

| 1 Commentaire
familleaurassemblement.jpgUne famille sur le bord du bassin, les affichettes « Je suis Charlie » à la main

Pour ma première sortie depuis avoir attrapé la grippe mardi dernier, j’ai quitté l’appart’ avec le mari, sous un ciel de bleu néon et par un temps de nouveau tout à glacial, pour le parc de la place Washington. On était plutôt prompt, le mari et moi, ce qui peut souvent nous poser des problèmes, par exemple quand on voudrait déterminer à quelle heure vraiment on doit se rendre à la salle pour un spectacle de travestis, gent qui n’est pas, d’après mon expérience personnelle, massivement à l’heure.

rassemblement2.jpgIl y avait aussi quelques tricolores


leveedescrayons.jpg
On lève des crayons et des stylos


Comme j’ai déjà dit, il faisait vraiment superfroid et le soleil d’hiver brillait à un angle d’à peine 20° au-dessus de l’horizon – aveuglant si l’on voulait regarder vers le sud. Il y avait une bonne centaine de gens rassemblés sur le côté ouest du bassin vide de la fontaine au milieu du parc. On entendait des paroles en français. D’autres personnes arrivaient de tous les côtés – on a salué un ami français qui nous a présentés à une amie française au nom d’Émilie. Finalement, on estimait qu’il y avait autour de 1.500 personnes à braver le froid pour montrer leur soutien aux morts de Paris et en faveur de la liberté d'expression.


vueduparcrassemblement3.jpg Vue du rassemblement un peu au loin


On y est resté aux environs de 40 minutes au total, et après avoir chanté deux reprises de La Marseillaise et après avoir scandé « Je suis Charlie ; I am Charlie ; Ich bin Charlie ; Je suis Charlie », on est reparti pour le supermarché où l’on s’est acheté de quoi manger chez nous ce soir. Trop froid pour ressortir. 


Voici quelques photos, dont quatre prises par un ami français sur place qui était, comme tant d’autres, complètement bouleversé par ce qui s’est passé à Paris, du rassemblement de soutien et en hommage aux morts de Charlie Hebdo, rassemblement qui s’est déroulé hier soir à New-York, dans la place de l’Union, par un temps des moins cléments, surtout pour une manif' en plein air. Personnellement je suis désolé de ne pas avoir pu y être, la grippe persistante ne m’encourageant pas de sortir par ces journées de gel exceptionnelles. Mais il y en aura un autre rassemblement ce samedi, à 14 heures, dans le parc de la place Washington, auquel je compte assister.

jesuischarlieanewyork4.jpgDevant l'une des sorties de métro de la place de l'Union, à l'angle de la 14e rue ouest et de la rue de la place de l'Union ouest, vers 18h45


jesuischarlieanewyork1.jpgLe rassemblement de soutien pour Charlie Hebdo à New-York


jesuischarlieanewyork2.jpgIl faisait un froid de chien hier soir


jesuischarlieanewyork3.jpgUne foule new-yorkaise qui brave le froid pour commémorer les morts aux bureaux de Charlie Hebdo à Paris


(Un grand merci à V de m'avoir permis de poster ses images et, plus, de m'avoir représenté par procuration à ce rassembelement de soutien et de respect important)



voldoiseausurrassemblement.jpgPhoto piquée chez un journal anglais du rassemblement hier soir à New-York



Mise à jour – vidéo du rassemblement d'hier soir dans la place de l'Union à New-York, trouvée chez l'incontournable Joe.My.God




charliebrownquipleure.jpg
C’était d'abord l’incompréhension, et puis le choc quand, me levant ce matin dans l’appartement frais (dehors il faisait -7°), la tête bien dans le pâté à la suite d’une nuit sans beaucoup de repos mais pendant laquelle je m'étais bourré de médicaments d’une efficacité douteuse, la petite fièvre de grippe toujours là, le nez resté tout à fait bouché, j’ai allumé la radio où le service public passait les dernières nouvelles venant de Paris des attentats contre l’équipe de journalistes et de dessinateurs aux bureaux de Charlie Hebdo. Douze personnes tuées, c’était pas possible ! Et des gens ciblés, ça, c'est encore plus terrible. Ensuite, j’ai regardé les vidéos – pas toutes, car je ne suis pas fan de violence et assister à l’agonie d’un pauvre flic froidement abattu sur le trottoir me rendrait malade – mais cela n’a fait qu’augmenter mon désespoir.

Je viens de lire dans Le Monde de 21h30 (heure de Paris) que la police ait identifié les trois suspects de l’attaque contre la revue. Dans trois heures à New-York, à 19 heures, on organise, malgré les températures glaciales qu’il fait ici, un rassemblement de soutien à la liberté d’expression et en hommage aux journalistes assassinés chez Charlie Hebdo dans la place de l’Union (voici la page Facebook pour l’événement). J’irais moi-même si le mari ne me l’avait expressément interdit, vu l’état précaire de ma santé. Il a raison.

Dans l’horreur de ce qui s’est arrivé à Paris aujourd’hui, il ne faut pas oublier que nous, l’humanité tout entière, agissons depuis toujours de façons atroces – c’est très démoralisant, c’est sûr, de penser qu’il va nous falloir encore bien des années (des décennies ? des siècles ?) avant de pouvoir nous libérer de toutes ces entraves de la superstition auxquelles trop de monde, de toute apparence, reste fermement attaché.


Mise à jour:


Pour vous montrer un peu comment et combien la tuerie aux bureaux de Charlie Hebdo à Paris a retenti outre-Atlantique, même dans des petits coins isolés, comme dans ce milieu de blogueurs new-yorkais d’art contemporain, je vous propose ce lien au billet en entier, dont je cite ce petit paragraphe :

« Now, normally, we spend the first hour of our workday collecting links. But today, that didn’t seem appropriate. As many as 12 people died today because they didn’t share the opinions of another group. These aren’t people determining international and national policy. They are one spoke in a machine that gathers and reports news—in this case satirical news. »

Ils étaient comme moi – sous le choc de cet événement à peine croyable.

Flux et reflux

| 1 Commentaire
Le rythme de vie irrégulier qu’on a éprouvé pendant les fêtes de fin d’année se modère un peu. En éclaircissement, je vous offre comme exemple cette journée de Noël où j’ai a failli aller à la salle de sport, restée ouverte en excellent modèle de laïcité, pendant que le mari faisait une longue course à pied à travers les allées sinueuses du Bas-Manhattan et du Proche-Brooklyn, mais en l’occurrence, je suis resté dans notre petite bulle aux fenêtres cassées, ce qui le rendent plus ou moins chaleureuse selon la température extérieure. De retour à l’appart’, le mari, pour qui rester glander dans le cocon domestique, ou à surfer sur Internet à côté de l’écran de télévision allumé qui repasse un film de sci-fi médiocre, est preuve irréfutable d’une dissipation morale de taille, m’a donc proposé, pour le salut de mon âme déjà grièvement compromis par des péchés bien pires que ceux de la sédentarité, de l’accompagner dans une promenade dans le quartier du Village-Est. Ce que j’ai fait.


placeMacDougal.jpgLa petite place MacDougal, qui anciennement donnait accès aux écuries appartenant aux gens qui habitaient la place Washington et dont les maisonnettes sont aujourd'hui très appréciées


facadessobreswashsquare.jpgEt les grandes maisons de la place Washington, qui maintenant appartiennent presque toutes à l'Université de New-York


auboutdela5eave.jpgAu bout de la 5e avenue, en regardant vers le nord


La ville n’était pas déserte, mais elle n’était peuplée ce jour-là que par des bandes d’Asiatiques et de hassidim qui profitaient de l’absence de foules de piétons pour se balader tout légèrement le long d’avenues et de rues à trafic faible. On est allé jusqu’au parc de la place Tompkins, où les deux parcs canins, l’un pour les petits chiens et l’autre pour les chiens de taille moyenne et grande, avaient des usagers. Ce parc a été rénové de pie à cap il y a quelques années et on s’amuse à voir ces fontaines à eau portable construites en temple classique par la Société pour la Modération (c’est-à-dire, anti-alcool) – celle-ci est dédiée à la Tempérance, vertu quasi-inobservable dans le New-York d’aujourd’hui.

parccaninpourpetitschiens.jpg

Au parc canin pour les petits chiens dans la place Tompkins


fontaine.jpgMonument fontaine à la Tempérance dans la place Tompkins


Bonne année

| 3 Commentaires
sante-bonheur.jpg
Un ami de Washington m'a envoyé cette e-carte du Monde que j'ai trouvée parfaitement correcte – je la reprend en vous souhaitant toutes et tous une année 2015 pleine de ces bonnes choses.

Bonnes fêtes

| 3 Commentaires
Joyeux Noël et Bonne Année 2015 à toutes et à tous

aucinemalaveille.jpg

Bon, je sais que c'est ni Notre-Dame, ni Saint-Marc à Venise, ni même Saint-Patrick dans la 5e avenue, mais c'est un lieu de culte comme les autres, n'est-ce pas ?

Notre « messe de minuit » – c'était la séance de 17 h 50 de Le Hobbit : la bataille des cinq armées au cinémas Regal de la place de l’Union (l’entrée pourtant se trouve au coin de Broadway et de la 13e rue est) – les billets nous ont été offerts en cadeaux de Noël par le jeune photographe qui, avec son nouveau copain chorégraphe, nous a accompagnés. (Long et beau, cela ressemble un peu à une visite prolongée à un musée d'art romantique du XIXe où l'on passe d'un grand tableau de paysage sombre et idéalisé et à un autre. Pour l'histoire comme pour la musique, c'est du Wagner discount, mais bon, y a pire.)

Ce matin de Noël le mari a profité du temps doux qu’il fasse pour faire une course à pied de presque 19 km dans laquelle il a pris d’abord le pont de Manhattan pour se rendre à Brooklyn et ensuite le pont de Williamsbourg pour rentrer à l’île de Manhattan.


dronedomestique.jpg

Le drone du mari qui me survaille devant la bibliothèque désordonnée (et à côté de notre lustre décoré de quelques ornements de Noël un rien singuliers comme cette chaussure rouge)

Et ensuite, de retour chez nous, il a ouvert un cadeau qu’il s’était offert lui-même et qui serait, il faut admettre, carrément dans l’air du temps – il s'agit d'un petit drone que le mari, toujours enfant, s’amuse (un peu trop, à mon avis) à faire voler partout dans la salon. Je l’ai tout de suite menacé de « sanctions économiques graves », égales ou du moins très, très similaires à celles qui auraient récemment bouleversé la Russie, si cet appareil m’approche « en aucune manière hostile. » On verra s’il se comporte en Poutine ou en Gandhi.

La nouvelle circule depuis quelques jours : on vend aux enchères les avoirs de la société FIP Ventures LLC, groupe qui en 2010 avait acheté pour la somme de 17 000 000 $ (et ailleurs l’on a parlé d’un montant final, tous frais compris, vers 21 000 000 $) la bande de terrains et d’immeubles, dont la disco Le Pavillon, le Botel et le restaurant La Baleine bleue, qui représente 80 % du district commercial de la station d’été. On savait déjà que les investisseurs cherchaient à le vendre, mais leur situation financière précaire, surtout celle vis-à-vis des paiements dus aux banques prêteuses, a dû s’aggraver jusqu’à un point qu’on a estimé irréversible. On suppose que ce sont surtout les banques qui leur auront obligé de vendre ses propriétés afin de payer leurs notes.


Quelques liens

Commentaires récents

  • Édouard : Grégory, j'ai bien entendu parler de ces gaffes prononcées sur lire la suite
  • la Bordelaise : Merci du soutien ! lire la suite
  • Grégory : Je viens de lire deux articles sur le traitement qu'a lire la suite
  • Grégory : oups..."très loin d'être des exemples". lire la suite
  • Nanarf : La liberté n'a pas la même définition en France et lire la suite
  • Grégory : Très franchement, je trouve l'homme sur la seconde photo "difforme"...Je lire la suite
  • clément : En tant que Français, je suis touché au plus profond lire la suite
  • Anonyme : John Kerry dans un beau français a fait un discours lire la suite
  • grégory : J'ai été abasourdi d'apprendre, hier, le nombre de victimes de lire la suite
  • Hub : Merci Edouard pour votre solidarité. lire la suite

janvier 2015

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com