Archives novembre 2008


Extrait d'un discours de Harvey Milk, dont le film biographique « Milk » est sorti hier dans les salles de cinéma.

Marchons, marchons !

| 3 Commentaires

silhouettenouvelle.jpg

Le nouvel immeuble résidentiel de l'architecte Bernard Tschumi dans le Côté oriental inférieur


Donc le jeudi matin j'ai pris le train F en direction de Delancey pour un rendez-vous avec ma collègue en visite de galeries qui s'appelle Tiffany, oui, tout à fait comme le bijoutier. On comptait prendre un café au lait ou un américano avant de rejoindre les autres, qui venaient en minibus du Côté oriental supérieur, mais Schiller's était fermé et l'on est donc allé nous asseoir dans une sorte de pâtisserie pour prendre nos cafés et pour revoir un instant notre programme assez désorganisé.


Vita cottidiana

| 4 Commentaires

peterharvey.jpg Le peintre Peter Harvey devant l'un de ses tableaux des années 80

Vernissage mardi soir à la Fondation Leslie Lohman pour l'art gai, qui se trouve au 26 rue Wooster, dans le Soho, pour l'expo d'un artiste ami qui s'appelle Peter Harvey. Des huiles sur toile sur la crise du sida - il a dû soigner plusieurs amis avant leurs morts, la brutalité ravageante de cette maladie ayant été un peu oubliée depuis l'arrivée heureuse des cocktails de médicaments. M. Harvey habite New-York et il possède aussi une jolie petite maison à Concremiers (630 habitants) dans l'Indre, où d'autres peintres anglo-américains commencent à en faire une petite communauté artistique anglo-américaine.


Shopping - en temps de krach

| 2 Commentaires

dansla7eave.jpg

On est actuellement dans une période d'attente : on regarde Obama et sa femme Michelle à la télé, ils racontent des banalités sympas et rassurantes sur des sujets faciles qui plaisent au public - « Quand comptez-vous acheter le chiot que vous avez promis à vos filles ? » (après quelques mois de résidence dans la Maison blanche) « Quelle école avez-vous choisie pour vos filles ? » (on considère les avantages de plusieurs écoles) et ainsi de suite. Obama, lui, ne dit rien qui pourrait faire semblant de « gouverner » - « On n'a qu'un président à la fois » il répète. La dégringolade de l'économie se poursuit - le groupe Citicorp vient d'annoncer aujourd'hui le virement de plus de 50.000 salariés, dont, on chuchote, 25.000 dans la région new-yorkaise. Bush ne compte plus pour grand'chose - ses amis continuent le pillage des institutions financières, mais la nation semble se comporter en femme battue, servile et craintive. Les dirigeants des pays du G20 se sont rassemblés à Washington pour le week-end sans rien faire de convaincant. 

Dimanche en ville

| 1 Commentaire



immeublevisite.jpg
L'immeuble dans la rue Thompson où le copain et moi, nous avons visité un duplex

Le copain, pris de zèle de décrassage domestique, s'étant décidé à s'appliquer ce matin à la réorganisation de son placard (tâche titanesque s'il y en avait), je me suis traîné vers la salle de sport pour essayer d'aplatir le bidon (abdos, cardio). De retour à l'appartement, le copain me tend brusquement la section Immobilier du Times de dimanche, sur lequel il avait cerclé au bic plusieurs appartements « portes ouvertes ». « Je veux aller les voir », il me dit. « OK » je lui réponds. Douche, rhabillage, sortie, direction rue Barrow. Petit appartement au 1er, deux-pièces, on entre dans la cuisine, salon long et étroit, chambre bien, prix 799.000 $. On a continué nos recherches dans la rue Thompson - immeuble remis à neuf il y a deux ans (pas du tout joli, en l'occurrence). Duplex, une salle de bain unique au « rez-de-chaussée », salon pas grand, deux chambres pas particulièrement grandes au « premier », prix 1.390.000 $. Au lieu de retourner au Cinéma Sunshine dans la rue Houston Est comme hier soir, quand la séance de 19h30 du film s'est affichée complète, on s'est décidé à aller voir Synecdoche, New York aux cinémas AMC 25 dans la 42e rue ouest, à la séance de 14 heures.

Manif

| 6 Commentaires
manifpromariage.jpg La manifestation en faveur du mariage gai devant la Mairie à New-York

« I went down to the demonstration/To get my fair share of abuse » - paroles de la chanson You Can't Always Get What You Want des Rolling Stones Cet après-midi, par obligation politique, on est allé, le copain et moi, au parc de la Mairie pour manifester contre le passage de la proposition Nº 8 en Californie. Il y avait selon la police cinq mille personnes - on est resté là pendant une heure et demie à écouter des hommes et femmes politiques s'élever contre le vote californien.

Animalia

| 4 Commentaires
lecopainetlechiot.jpg

Le copain, chez ses parents, subit un assaut de baisers de la part du nouveau chiot qu'ils ont adopté


Hier soir les parents du copain nous ont prié de passer chez eux 1) pour voir le nouveau chiot (terrier West Highland) qu'ils ont commandé et fait venir d'un éleveur dans l'état de Washington et 2) pour refaire l'installation des fils de téléphone que ce même chiot avait rongés et rompus. Il s'appelle Macduff, pour le personnage dans la pièce Macbeth de Shakespeare et il n'a que quatre mois, donc il est plein d'énergie juvénile. Malin, mais adorable aussi. Il va, sans doute, bientôt dominer le ménage.

Pause-café

| 2 Commentaires
chezschillers.jpg L'ambiance simple et confortable du café Schiller's

Tout l'après-midi passé sous une pluie fine à me renseigner sur quelques galeries dans le Côté oriental inférieur, aussi connu par son nom en « spanglish » Loisaida - cet ancien quartier juif devenu ensuite hispanique qui cède à son tour aux nouveaux arrivés chinois et aux jeunes branchés qui installent des restaurants, des bars, des galeries, et même des hôtels « boutique » - tous les musts de la branchitude mondiale. Je prépare de nouveau une petite tournée de galeries pour les croulants du club du père du copain et leurs ami(e)s la semaine prochaine. J'ai voulu prévenir les galeristes, la plupart des jeunes femmes super bien et très sympas qui m'ont accueilli avec plus d'entrain et de coopération que je n'ai mérités. Vers seize heures, j'ai pris un café dans l'agréable Schiller's Liquor, dans la rue Rivington, où il n'y avait que très peu de monde, dont un jeune Allemand blond à deux tables de moi qui chuchotait dans son portable des mots d'amour.

Ojalá

| 2 Commentaires
fauxnytimes2.png Une capture d'écran d'une édition satirique du New York Times parue aujourd'hui

C'est la une du New York Times qu'on espère voir un jour pas trop loin - la guerre en Irak est terminée et l'on poursuit George Bush en justice. (Laissez-moi rêver.) Il y a plein d'autres délices. Le lien, c'est ici.

C'est qui le boss ?

| 4 Commentaires
represent.jpg Mon ami Rushton, moniteur à la salle de sport, qui porte le t-shirt « Represent » le lendemain de l'élection de Barack Obama que sa copine lui a donnée - « represent », dans l'argot contemporain, veut dire, selon la définition de l'Urban Dictionary, « Go and be a good example to the others of your group or in your position. » Je l'ai trouvé assez cool


Il est vrai que le sentiment d'incertitude financière qui pèse assez fort sur nous tous depuis ces derniers mois a limité de façon significative les expressions de joie, de soulagement et de contentement qu'on aurait normalement attendues à New-York et ailleurs lors de l'élection d'Obama. La mémoire des fêtes de mardi soir est vite effacée par les mauvaises nouvelles économiques que l'on continue à nous servir et maintenant on commence à parler du fait que les Bushistes semblent en train de piller la nation de toutes ses ressources afin de laisser à M. Obama rien qu'un pays financièrement dévasté, gelé par la crainte d'une dépression massive, incapable de se payer même la plus petite des réformes sociales proposées par le candidat gagnant. Le ministre du Trésor vient de donner une conférence de presse dans laquelle il semble avoir prouvé à ceux suivent la crise de près que personne dans l'administration actuelle n'a aucune idée de quoi faire même pour commencer à nous sortir de ce gâchis qu'ils ont eux-mêmes fabriqué. Et les bourses tombent toujours, faute de confiance dans nos dirigeants.


Semez le bonheur

| 5 Commentaires

Keith Olbermann parle avec beaucoup d'émotion de la défaite du non au Proposition No 8 en Californie.

Salut les copains !

| 27 Commentaires

Bienvenue au Royaume des Aveugles. Ne vous inquiétez pas, vous ne trouverez ici aucun Roi borgne pour vous montrer un supposé bon chemin - non, non, non, ici (pour changer de métaphore) on est tous dans le même bateau, quoi qu'imaginent, j'en suis convaincu, certains. Mais comme ça, sans capitaine, dépourvu de mappemonde et de sextant, sans abris sûrs ou destinations rassurantes, on voguera au hasard du flot et du vent sous de belles étoiles froides d'indifférence. Bon, en route !

Comme tout le monde - ce qui veut mon petit cercle d'amis et de connaissances - je suis surtout soulagé par l'élection de M. Obama comme prochain président du pays. Je n'ai pas vraiment pu saisir l'énormité terrible d'une victoire éventuelle de la liste McCain-Palin - un ami plutôt libertaire qui déteste tous les politiciens m'a dit dans un mail à propos de Mme Palin : « she's Bush in drag and represents about 82% of what annoys me in life all in one place. » (La spécificité du 82 % m'a fait sourire.) Non, je suis surtout heureux que mon pays se soit enfin débarrassé du personnage honteux et méprisable qu'est George W. Bush.

Barack Obama mérite sa victoire électorale parce qu'il était, sans doute, le meilleur des deux candidats par presque tous les critères (âge, intelligence, éducation, vie privée) mais il y a des foules de candidats jeunes, intelligents, bien éduqués, aux mœurs pas trop dégueu. Non, l'important pour moi dans l'élection d'Obama est le fait qu'on a élu un « noir » chez nous, et là, il s'agit tout simplement d'un changement de générations. Ce sont les jeunes (et les moins jeunes, comme moi) qui se sont habitués, à partir des premiers épisodes de Star Trek avec la lieutenante Uhuru, à voir au cinéma et sur la télé des présidents ou des hommes noirs au pouvoir (je pense au président Lindberg dans le Cinquième élément - un film français, je sais - et au président Tom Beck, joué par Morgan Freeman, dans Deep Impact, et aussi au capitaine de vaisseau Benjamin Sisko dans la série Star Trek de Deep Space Nine.) Pour eux, cela n'avait rien de choquant, ni d'inhabituel. Et quand vous voyez la différence entre un Obama et un McCain, l'intensité relative du « bronzage », pour reprendre le mot d'esprit du premier ministre italien, devient peu de chose. Et cela, c'est une bonne chose.


Quelques liens

Commentaires récents

  • Édouard : Voui, on est trop courageux, n'est-ce pas ? ;-) lire la suite
  • Matoo : Bravo!! Je suis très fier de toi. ;)) lire la suite
  • Jérôme : Cette nouvelle m'a rendu un peu triste. J'ai deux de lire la suite
  • Jérôme : Les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières? lire la suite
  • Jérôme : Oui, vous nous direz ce que vous penser du livre. lire la suite
  • Nicolas : Amusez vous bien avec "la Conjuraison des Imbéciles". C'est assez lire la suite
  • Édouard : Non, coup de peigne, seulement. Faute de frappe, merci de lire la suite
  • Nanarf : "il s’agit seulement d’un coup de poigne " ? Coup lire la suite
  • Eric : Salut, je serai à NY 14st Meatpacking march15 to 27 lire la suite
  • Édouard : En effet, c'est prouvé, c'est scientifique ! Être de droite, lire la suite

février 2012

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29      

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com