Archives mai 2009

Solo io questa notte

| 3 Commentaires
enattendant.jpg
En attendant l'express pour Babylone de 13h22 dans la gare de Pennsylvanie

Aux Pins, il n'y a pas de distribution de courrier à domicile, mais chaque fois qu'on rentre chez soi on trouve des tas de cartes, de petits paquets en plastique, de pubs, d'avis divers, de n'importe quoi en fin de compte, le tout épinglé sur la porte d'entrée. Il va de soi donc qu'on voit très bien quand une maison serait vide. Tentant peut-être pour les cambrioleurs, mais, touchons du bois, je n'ai rien entendu qui indiquerait un problème particulier - de toute façon, à l'instigation de l'ami galeriste, on ferme les portes de notre maison à clef quand on sort.

ducourrier.jpg
Une sélection du courrier qu'on a trouvé épinglé à notre porte d'entrée rien que pour la semaine dernière

Remarquez, on se trouve au bout du village, à l'orée de la forêt nationale (non, d'accord, il ne s'agit pas de la forêt primitive bourrée de bêtes sauvages et dangereuses, mais il y a quand même des cerfs et sûrement aussi des rats, et on y voit des gens qui y vont pour faire des saletés que je vous laisse imaginer) donc je comprends que l'ami galeriste nous conseille la prudence.

gardenia.jpg

Cette maudite plante a fleuri sur la terrasse pendant que l'ami galeriste était en ville - je lui ai envoyé cette photo pour l'embêter - les gardénias sont fragiles et exigeants, il semble

Ce soir je suis tout seul - le copain a dû rester en ville à cause d'une panne de serveur chez un client. Il viendra demain dans la journée. L'ami galeriste viendra demain soir. À la discothèque on nous propose une soirée « Flash Me Friday » à partir de minuit où l'on est encouragé à montrer son sous-vêtement au public pour mériter un coup gratuit de vodka ou de tequila (moi, je préfère m'habiller commando donc ça ne sert à rien pour moi, qui n'ai aucune envie de me présenter tout nu à n'importe qui.) Faute de ne pas vouloir être strip-teaseur alcolo, je vais me mettre tout sagement au lit pour continuer ma lecture d'un roman anglais qui s'appelle Snobs. Ce n'est pas brillant comme roman, je trouve, mais cela explique en détail certains comportements mondains particuliers aux Anglais qui m'ont toujours rendu perplexe.


Clip qui va droit au but de la question du mariage soumis à la sanction de la majorité (merci à Joe.My.God, qui est toujours en première ligne dans cette lutte - et je l'ai vu à la manif mardi.)

Petits riens

| 4 Commentaires
M. Charles Rivkin vient d'être nommé ambassadeur à Paris par l'administration Obama. Grand supporteur d'Obama, il a été PDG de la Jim Henson Company, dont le fondateur a créé les Muppets.

La sélection de l'American Idol par téléphone aurait-elle été truquée par la société AT&T ? On pose la question mais la chaîne Fox refuse d'y répondre.

La droite indique que la juge Sonia Sotomayor ne serait pas américaine à 100 pour cent puisqu'elle persiste à prononcer son nom « à l'espagnole ». On ne dit rien, par contre, à propos du nom « Gutfreund » qu'il faudrait prononcer, comme le souhaitent certains porteurs du nom très connus à New-York, « good friend ».

Bernard Kerik, le bras droit mafieux de l'ex-maire de New-York et candidat républicain à la présidence Rudolph Giuliani, vient d' être accusé d'avoir fait de fausses déclarations aux responsables de la Maison blanche chargés de l'examiner à cause de sa nomination au poste de chef de la sécurité domestique des États-Unis en 2004.

Tout vous dégoûte ? Alors, vous êtes probablement conservateur. C'est ce qu'écrit l'éditorialiste Nicholas Kristof dans le Times ce matin. Ici on propose un tas de tests et de questionnaires à propos de la moralité et du niveau de dégoût personnel. Allez-y, les amoraux !

whiteknotbadge250x250.jpg

La société de vêtements Levi's s'associe de nouveau à la campagne pour renverser la proposition 8 contre l'égalité de mariage - on met des rubans blancs faits en nœuds sur les mannequins dans les vitrines des magasins Levi's à San-Francisco, à New-York, à Chicago et à Los-Angeles. Le nœud blanc devient le symbole de cette initiative anti-discriminatoire.

Manifestement

| 5 Commentaires
verslaplacesheridan.jpg
On se réunit dans la place Sheridan

Hier le copain et moi avons fêté 18 ans de « partenariat domestique » reconnu par la ville de New-York (ou de « concubinage » ou de « cohabitation » comme vous voulez, mais qui ne sont reconnus par aucune autorité civique) mais avant de célébrer la durée de nos relations en dînant chez Perry St, un restaurant du chef Jean-Georges Vongerichten qui se trouve au rez-de-chaussée d'un immeuble Richard Meier à l'angle de la rue Perry et de la rue Ouest, on a voulu assister à la manifestation en faveur du mariage gai qui avait été organisée à la suite de la décision du tribunal californien maintenant la validité de l'amendement 8 voté par 52 % des électeurs de Californie en novembre 2008. On avait réservé une table pour 19 h 30 et la manifestation allait commencer à 18 heures dans la place Sheridan. Je me suis donc habillé pour sortir (costume cravate) plus que pour manifester dans la rue, mais n'importe. 

attendantlamarche.jpg
On attend le début de la marche dans la place Sheridan


Iudex

| 1 Commentaire
Bien que je fasse partie de ce groupe de personnes spécialement menacée, selon la droite insensée, par la grande cabale des femmes, des noirs, des hispaniques, des je-ne-sais-plus-quoi, j'étais très content d'apprendre ce matin la nouvelle de la sélection de Sonia Sotomayor, juge d'origine portoricaine née au Bronx, donc de chez moi (la ville de New-York) pour remplacer le juge Souter qui espère quitter la Cour suprême en automne pour rentrer chez lui au New-Hampshire. Elle a eu la vie dure, elle n'est pas belle, elle ne parle pas l'anglais avec l'accent « distingué » dont on a l'habitude d'entendre chez nos supérieurs, et elle ne fait pas partie, vraisemblablement, de ce clan de « méritants » opportunistes et carriéristes à Washington et ailleurs dans lequel figurent toujours les mêmes noms. Les républicains, de plus en plus un rassemblement excentrique de vieux blancs enflammés de haine et de ressentiment contre tout et tous, vont bien sûr rager. On s'en moquera, à moins qu'on ne découvre chez Me Sotomayor un côté inexplicable ou surprenant, mais franchement je ne m'y attends pas. Cela paraît un choix aussi bon que malin de la part d'Obama.

Le monde à l'envers

| 5 Commentaires
plageembrumee.jpg
La plage dans le brouillard dimanche matin

La météo nous aurait prévu pour ce week-end dernier un temps plutôt pourri, mais ils se sont encore une fois trompés et en réalité il a fait un temps très beau, parfait pour se trouver au bord de la mer entouré de quelques mille hommes et femmes gais en début de saison folle, c'est-à-dire, les trois mois d'été en Amérique du nord dans une station balnéaire en toute probabilité unique au monde (et non, je vous assure, Mykonos, Sitges, Ibiza, Key West, même Provincetown, ne sont « gay » que d'une manière bien fade par comparaison) - un monde à l'envers, quoi, où les homos sont la norme, les hétéros l'excentrique toléré (bon, là, j'exagère un peu, puisque la plupart des homos ici adorent « leurs » hétéros qui habitent parmi eux). Un monde assez restreint, quand même, où il n'y a que deux hameaux (les Pins et la Cerisaie), et où les règles de la vie hétéro se rétablissent immédiatement une fois les pieds remis à terre sur l'île Longue.

(Toujours des problèmes de bande passante, désolé, je publierai des photos quand je pourrai - ou demain, depuis New-York)
danslaruecharles.jpg
Des pétunias violets dans la rue Charles

Pour une fois, il ne pleut pas, donc c'est déjà quelque chose d'acquis pour ce premier week-end de l'été. On est arrivé ici par le train de 13 h 22, un express jusqu'au bien nommé Babylone (« la grande prostituée », « mère des abominations et des impudiques » oui, ça ira parfaitement, c'est là ma destination), où l'on a changé de train pour celui, à l'impériale, à destination de Patchogue. Descendus à Sayville, on est monté dans une camionnette taxi qui nous a amenés à l'embarcadère des ferries pour l'Île du Feu. Là on a attendu un petit moment avant le départ du ferry - et puis on y est arrivé.

peudemondeaugym.jpg
Peu de monde dans la salle de sport le vendredi matin avant un week-end de fête

De tout et de rien

| 3 Commentaires
esb.jpg
Ça brille dans le soleil

Bon, en France et ailleurs, c'est le long week-end de l'Ascension, ici c'est la fête du Jour du Souvenir qui arrive le lundi 26 mai - chez nous, c'est le début traditionnel de l'été, et l'exode massif commencera demain après-midi. Hé oui, votre serviteur sera en plein dans la pagaille, puisque nous partons, le copain et moi, dans la voiture de l'ami galeriste, qui a l'intention de quitter son travail un peu tôt. On amène avec nous les verres à vin blanc et rouge cités ci-haut (ou bas, selon...), des bougies noires (ça fait très années 80, n'est-ce pas ?), un machin qui connectera la chaîne stéréo à nos iPod qu'on a acheté hier dans la petite succursale du magasin J&R dans le grand magasin Macy's, et des trucs pareils. L'ami copain, lui, a tout un sac marin de vêtements de rechange, puisque, d'après lui, ça ne se fait pas de porter la même tenue deux fois de suite dans un seul week-end.

À vrai dire, le copain et moi, nous faisons bien moins d'attention à ce genre de détail vestimentaire, mais en ce qui concerne la mode, on est plutôt des arriérés pour lesquels on devrait ressentir une certaine sympathie indulgente. J'ai tout de même acheté mes jeans violets hier, chez H&M (c'est la raison pour laquelle je me suis trouvé hier dans le quartier du Bâtiment de l'État-Empire). Ils sont coupés un peu bas sur les hanches, ils ont aussi des poches profondes qui descendent jusqu'au milieu des cuisses, et même si j'ai expressément choisi le style « jambe droite » au lieu du style « coupe mince » où je n'arriverais pas à faire rentrer les jambes, c'était serré (parce que je fais trop de squats, sans doute). 

Ce sont des ploucs de l'Arkansas et des filles tween (c'est-à-dire, âgées de 8 à 12 ans) qui, votant en masse, auraient, il paraîtrait, assuré la victoire à Kris Allen, qui a gagné mardi le titre d'Idole américain (il y avait 38 millions de voix venues de l'état d'Arkansas, qui ne compte pourtant que 2 millions d'habitants, sur un total de 100 millions de voix.) Certains y voient une expression d'homophobie américaine typique, puisque le chanteur rival, Adam Lambert, était censé, à cause de certaines photos qui circulent par Internet et à cause de sa façon de se présenter, être gay. Ce qui est indéniable, c'est qu'Adam a une meilleure voix que l'autre, qui est pourtant plus sexy dans le goût plutôt fade du public américain.

En ce qui concerne la politique homo, on attend avec une certaine inquiétude la décision de la Cour suprême de Californie sur la validité des mariages entre personnes du même sexe contractés avant la proposition 8, sur laquelle on entendait des bruits à partir de mardi dernier. On avait prévu, en cas d'annonce en faveur ou contre, une manifestation aujourd'hui vers 18 heures dans la place Sheridan, mais comme la Cour a déclaré qu'elle n'allait rien annoncer avant la semaine prochaine, cette manifestation a dû être reportée.

Le silence d'Obama sur l'indignité que serait la politique ignoble de Ne demandez pas, n'en parlez pas devient de plus en plus agaçant, surtout vu le fait qu'il avait promis de l'annuler pendant sa campagne électorale.

Le beau temps de ce milieu de semaine continue à irriter l'ami galeriste, qui vient de me texter, me disant qu'il pensait maintenant aller cet après-midi à la plage, afin de pouvoir « arroser les plantes », il m'explique en guise d'excuse pour vouloir faire l'école buissonnière.

Les courses

| 3 Commentaires
Le lundi, c'est le jour de lessive traditionnel, mais comme on dépose notre linge sale chez les Chinoises de la 4e rue ouest, cette corvée hebdomadaire nous est épargnée (sauf pour le copain, qui s'occupe lui-même de ses chemises Oxford sans repassage achetées chez Les Frères Brooks, car il faut les sortir tout de suite du séchoir pour les pendre à des cintres, sinon c'est raté). Hier j'ai documenté en photographies les courses que j'ai faites dans le quartier.


succursalechase.jpg
C'est ici où j'ai tous mes comptes et le petit bonhomme à la chemise bleue reste juste à l'endroit où l'on a remarqué les tâches de sang l'autre jour

D'abord, je suis allé à la succursale de ma banque, la Chase JP Morgan, qui se trouve dans la place Sheridan, où j'ai dû faire la queue pour déposer deux chèques (antédiluvien, je n'a toujours pas confiance dans les guichets automatiques pour les versements).

Dans l'île brumeuse

| 2 Commentaires

arriveeduferry.jpg
L'arrivée du ferry dans le port des Pins

Un week-end plutôt trempé - selon l'Almanach des Fermiers, dans le Nord-est du pays on doit s'attendre à un été chaud mais pluvieux - j'y suis arrivé sur l'île le samedi matin, par un temps couvert et gris. 

entreedemaison.jpg
La porte d'entrée de notre maison - ça va être joli avec le chèvrefeuille grimpant

L'ami galeriste, arrivé le vendredi soir, et moi, nous sommes allés inspecter le nouveau gymnase qui venait d'ouvrir ses portes pour la saison. Le jeune gérant, un très beau Latino avec un sourire d'ange digne de Michel-Ange, nous a accueillis avec un vrai entrain d'expert, et il nous a expliqué que, pour un abonnement saisonnier, on aurait droit à une séance d'entraînement privée avec un moniteur venu d'un des gymnases les plus branchés de New-York, ou de David Barton ou d'Equinox. Son message publicitaire terminé, il a encore souri son sourire adorable, et naturellement on lui a vite remis des chèques. Qu'il est facile de délester de vieux schnocks comme nous !


fleurs.jpg

Par un temps pareil, il n'y a rien d'autre à faire que de planter des fleurs

Un peu tôt mais bon...

| 2 Commentaires
affichehomophobie.jpg C'est un peu tôt, je sais, mais comme je vais à la plage demain matin et le copain part demain aussi pour Wilmington, dans le Delaware, pour un marathon le dimanche, je vais publier ce billet ce soir - le dimanche 17 mai, c'est la Journée internationale contre l'homophobie. J'ai l'impression que c'est un truc organisé par nos voisins septentrionaux qui sont, comme on le voit ici, souvent très en avance de nous, les barbares du sud, sur bien des points, et je leur remercie de cette initiative, que je voudrais saluer moi-même en rediffusant leur affiche et leur lien.

C'est curieux, l'homophobie, pour celle ou celui qui en serait l'objet, comme pour, je suppose, celle ou celui qui en souffrirait. S'agit-il d'une anxiété psychique ? D'un réflexe de protection de soi ? Je ne saurais pas dire. Mais je sais, d'expérience personnelle, que l'homophobie réduit les individus à des formules stéréotypées et cela diminuera toujours la satisfaction de se retrouver devant une autre personne vraie, vivante, et particulière, avec ses défauts et ses distinctions. Donc, c'est gaspiller bêtement le peu de temps qu'on a finalement pour éprouver un monde hors de soi (c'est l'amie écrivain qui m'a surtout appris cela.)

« Sachez alors que votre péché vous trouvera » (Nombres 32 : 23)

Il y a un consensus qui se fait parmi ceux qui chercheraient à comprendre les raisons pour lesquelles le président Obama aurait tout d'un coup changé d'avis sur la révélation éventuelle de photos de torture pratiquée par des militaires américains en Irak et en Afghanistan qu'a imposée le tribunal (en l'occurrence, la Cour d'appel pour le deuxième circuit qui siège à New-York). Le voici, extrait de ce commentaire laissé chez Glenn Greenwald, dont je suis fanboy déréglé depuis longtemps : « He is trying to block public demand for investigations and prosecutions into the Bush torture program. It really pisses me off that Obama used the phrase "small number of individuals". It's total fucking lie, and he knows it. This was a systematic torture program, authorized by Bush and Cheney. Cheney just confessed to that the other day, that Bush approved the torture techniques.

[Ma traduction : Il cherche à empêcher une demande publique pour les investigations et pour les poursuites judiciaires du programme de torture de Bush. Ça me fait chier d'entendre Obama qui parle d'un « petit nombre de personnes ». C'est un foutu mensonge total, et il le sait. Il s'agissait d'un programme systématique de torture, autorisée par Bush et par Cheney. Cheney vient de s'en être confessé l'autre jour, que Bush avait approuvé les techniques de torture.] »


« Ne comptez pas sur les princes, ni sur les hommes incapables de sauver » (Psaumes 146 :3)

Il y a aussi l'aspect purement politique, noté dans ce commentaire : « I think Obama is desperately afraid that when this thing explodes a lot of high-ranking, powerful Dems are going to lose their jobs for knowing what was going on while it was happening. They were briefed and they knew it and did nothing to stop it, and they will pay, as well as the Republicans.

[Ma traduction : Je pense qu'Obama a très peur que, quand cette affaire éclate, beaucoup de Démocrates puissants et de haut rang aillent perdre leurs postes pour avoir su ce qui se passait au moment où cela se passait. On les avait briefés et ils en étaient au courant et ils n'ont rien fait pour l'arrêter et ils vont payer, aussi bien que les Républicains.] »

« Ces photos-là sont nous. »  On est plus de 300 millions - il faut assumer.


dansla5eave.jpg
Une partie un peu moche de la Cinquième avenue, dans les rues 20, où je suis allé chercher mardi un cadeau de remise de diplôme pour la nièce du copain - j'ai finalement trouvé des t-shirts noirs à paillettes chez A/X

« But we are supposed to be a democracy, and what our government does in our name ought to be available to us unless there is some very good reason to keep it secret. And the fact that people would be appalled by it is not such a reason -- if anything, it just makes the case for disclosure stronger. After all, the things it is most important to disclose are the things that people care about, not the things that are a matter of complete indifference. »

(Ma traduction rapide) Mais on est censé être une démocratie et ce que notre gouvernement fait en notre nom devrait être mis à notre disposition à moins qu'il n'y ait une raison très valable pour le tenir au secret. Et le fait que cela scandaliserait certains n'est pas une raison valable - plutôt, cela plaide en faveur pour la divulgation. Après tout, ce qu'il y a de plus important à divulguer, ce sont les choses par lesquelles les gens se sentent concernés, et non pas les choses qui sont d'une indifférence entière.


acoteplacemadison.jpg

On est en train de réaménager les chaussées pour y introduire de nouveaux espaces piétons - en voici un à l'ouest de la place Madison, à l'angle de la 23e rue


espacepieton.jpg

Ça fait un peu drôle de voir des gens assis dans des chaises dans ce qu'il y avait été, il y a pas si longtemps que ça, des voies de circulation automobile


On imagine toutefois que, les photos divulguées ou non, quelque part dans les caves du Pentagone, de militaires apeurés sont en train de brûler toutes les traces de leur participation dans la torture de gens accusés de « terrorisme ».

lapiscine.jpg

C'est ici où je compte laver les péchés que j'aurai commis en tant que citoyen américain vis-à-vis du reste du monde (photo utilisée avec l'aimable autorisation présumée de l'ami galeriste, qui me l'a envoyée de son mobile le lundi dernier)

Déception

| 3 Commentaires
abupic.jpg
Quand allons-nous commencer à essayer d'expier les crimes
qu'on a commis en notre nom ?

On dirait presque que nos maîtres à Washington nous considèrent comme des petits enfants de qui il faudrait surtout cacher tout ce qu'il y aurait de trop désagréable dans la vie. Comme la torture, par exemple. C'est bien décevant, cette lâcheté à mille justifications aussi sophistiques que vaines. Dans un accès de frustration, je viens de mettre dans la boîte aux lettres un chèque pour l'ACLU. Parmi mes concitoyens, dont la plupart semblent peureux, disculpatoires, ou indifférents, eux, au moins, ont encore leur honneur intact. On ne peut pas dire de même de l'administration actuelle.
entreeartabordable.jpg
Devant l'entrée à l'expo de l'Art abordable dans la 34e rue ouest

Mercredi soir la semaine dernière, avant d'aller à Pierreville, le copain et moi sommes allés au vernissage de l'exposition de l'Art abordable, qui avait lieu cette année au 7e étage dans un grand immeuble commercial situé au N° 7 de la 34e rue ouest, tout près de la 5e avenue et en face de l'immeuble de l'État-Empire. Il y avait du monde - difficile à voir l'art accroché çà et là, un peu n'importe comment.

couloirsbondes.jpg
Un peu surchargé, non ?

Beaucoup de galeries de Londres et de Brooklyn que je ne connaissais pas du tout.

Compte rendu de week-end

| 2 Commentaires
On s'était convenu de nous rejoindre à 18 h 30 dans l'entrée de l'immeuble de notre « chauffeur » qui allait nous emmener avec lui et la chienne et une autre amie à Pierreville dans le break Volvo pour les funérailles de l'amie écrivain, notre propre voiture se trouvant toujours dans le garage chez les parents du copain dans le fin fond du Connecticut et donc plus ou moins inaccessible. Arrivés chez lui juste à l'heure en dépit d'une circulation de pointe infernale autour de l'Autorité portuaire dans la 8e avenue, on était tous les deux bien surpris de l'arrivée prompte du véhicule devant l'immeuble - notre chauffeur, qui est en général quelque peu traînard, se hâtant de faire monter les bagages et nous dans la voiture. Une fois la voiture chargée et finalement en route vers le Connecticut par le Parc Central, il nous explique son empressement : sa mère était prévue chez lui à 18 h 45 (sa sœur et son beau-frère, qui habitent Chicago, passaient le week-end chez lui) et il voulait absolument l'éviter, parce que c'est une personne disons « difficile » à l'extrême et il redoutait une scène.

lunesurlamer.jpg
Le clair de lune sur la mer à Pierreville, la veille des funérailles de l'amie écrivain

Bon avocat mais chauffeur bien médiocre, il nous a amenés avec succès à notre destination, ignorant tous les phares qui clignotaient incessamment pour lui demander de changer de voie - il aime par trop la voie de gauche, dont on se sert en principe pour doubler mais dans laquelle les vieillards et les peureux préfèrent souvent rouler parce qu'ils se sentent plus en sécurité avec le terre-plein à leur gauche.

Souvenirs

| Aucun Commentaire
14erueouestmouillee.jpg
Une 14e rue ouest mouillée - il fait un temps de Seattle ces derniers jours

L'avis de décès de l'amie écrivain est paru dans le Times ce matin. Cela lui aurait plu, je crois - en tout cas, snob comme elle l'était, pour elle il n'y avait que le Times pour marquer définitivement l'importance relative d'un événement ou d'une personne.

Les funérailles auront lieu ce samedi matin à la campagne. Le copain et moi, nous y serons. On compte rentrer à New-York dans l'après-midi. Reste à savoir si l'on ira ensuite à la plage - cela dépendra un peu du temps qu'il fera alors.

femmescelebres.jpg
De curieuses affiches viennent d'être collées aux murs d'immeubles dans le quartier des bouchers en gros
unemergrise.jpg

La mer cet après-midi

L'amie écrivain est morte hier soir, vers trois heures du matin. Son fils était avec elle. On m'a téléphoné avec la nouvelle ce matin - on était déjà aux Pins, où l'on s'était rendu à 9 h 40, ayant pris le train de 7 h 10, pour l'affaire des clefs manquantes. J'ai parlé au fils, en lui offrant mes condoléances. On prépare sa nécrologie.

aurevoirdetaxi.jpg

Les adieux en taxi

Il pleuvait toute la journée aujourd'hui, mais il était agréable dans la maison, même sans Internet. On regardait la télévision par satellite, des films débiles pendant qu'on faisait la lessive - on est rentré par le ferry de 16 h 50 et le train de 17 h 40. Je suis en train de lire Justine de Lawrence Durrell, où dans le train cet après-midi j'ai rencontré ce passage frappant sur la mort d'un des personnages du roman : « Nor, for the purposes of this writing, has he [le personnage mort] ceased to exist ; he has simply stepped into the quicksilver of a Mirror as we all must - to leave our illnesses, our evil acts, the hornets' nest of our desires, still opérative for good or evil in the real world - which is the memory of our friends. »

dansnotrechambre.jpg

Dans notre chambre

Je n'ai plus de copines, de vraies - habiles et intelligentes et compétentes. Je pense que je vais bientôt en ressentir le manque.

piscineturquoise.jpg
Le turquoise fait un drôle de contraste avec le gris mouillé des planches de la terrasse

Rien de nouveau

| 1 Commentaire
vernissage.jpg
Jeudi soir on est passé chez l'ami galeriste pour le vernissage d'œuvres de deux peintres

L'amie écrivain est toujours hospitalisée, inconsciente. Son fils est arrivé et sa belle-fille arrive ce soir. Elle ne souffre pas, ce qui est le plus important. Sa femme de ménage m'a raconté ce matin qu'à l'hôpital vendredi, la voyant pleurer, elle lui a dit tout sèchement « Mais qu'est-ce qui se passe ? Suis-je en train de mourir ? » Le médecin lui aurait donné quelque chose pour un mal de tête féroce, causé, on l'assume, par l'hémorragie. Depuis, elle n'a pas rouvert les yeux.

unautrevernissage.jpg

Le copain, debout, à côté d'un autre tableau dans un autre vernissage dans une autre galerie qui appartient à un autre ami galeriste - et l'entrée de restaurant dépeint dans ce tableau se trouvait à deux pas de chez nous avant de fermer pour devenir un resto branché qui appartient à l'éditeur chez Vanity Fair Graydon Carter.

Attentes

| Aucun Commentaire
La météo pour ce week-end n'est pas très prometteuse - ciel couvert, pluies éparses, températures assez basses - mais on vient de nous informer qu'on n'a pas de clef pour la porte du mur qui enferme la propriété aux Pins - l'homme à tout faire du propriétaire, un costaud qui s'appelle Francisco, nous aurait donné sa seule copie de cette clef quand même importante et même le propriétaire n'en a pas - c'est trop malin, non ? On va donc aller à la plage demain après-midi par un temps dégueulasse afin de remettre la clef qui manque à l'agent de location pour qu'on puisse entrer chez nous pour réparer le lave-vaisselle, rebrancher la stéréo, et installer enfin, après trois semaines de demandes répétées (et jusqu'à maintenant ignorées), la connexion Internet à haut débit dont le copain surtout a besoin pour son travail. On rentrera dimanche après-midi.

L'amie écrivain, pour ceux parmi vous qui se souviennent d'elle de mon ancien carnet, vient de subir une hémorragie cérébrale. Elle est hospitalisée et inconsciente. Sa femme de ménage qui est devenue depuis longtemps son bras droit domestique est avec elle, ainsi que deux ou amis proches. Son fils arrive de Washington. Le pronostic du médecin n'est pas encourageant. On attend des nouvelles.

Quelques liens

Commentaires récents

  • ___________ ________ ______ : _______ ________ _____ __________ ______ ____________ ________ __________ ________ _____ lire la suite
  • here for the rx : For over 15 yrs Real Bookies has therxforum successfully assisted lire la suite
  • here : For over 15 many years Real Bookies has therxforum successfully lire la suite
  • here : For more than 15 years Real Bookies has therxforum.com/showthread.php?t=918640&highlight= effectively lire la suite
  • therxforum : For more than 15 many years Real Bookies has therx lire la suite
  • click here : For more than 15 many years Real Bookies has the lire la suite
  • therx per head : For over 15 many years Real Bookies has therxforum.com/showthread.php?t=918640&highlight= effectively lire la suite
  • Chloe : Hi! Quick question that's totally off topic.Do you know how lire la suite
  • http://www.smbd.org.mx/ : This will link your Canadian banking account to Pay - lire la suite
  • Bruce : How to Set Up Exchange Email with an Android my lire la suite

juin 2015

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com