Archives octobre 2010

Amertume pré-électorale

| 1 Commentaire

Clip d'une bagarre dans un McDo à San-Francisco qui me fait inquiéter pour l'avenir de ce pays. C'est déprimant, je trouve, ces jeunes quasi-obèses, déjà en trop de cas pères et mères, qui n'ont rien de mieux à faire que se taper dessus dans un MacDo plutôt infect, séduits par la pub et leur milieu pour les vêtements et les accessoires trop chers sur lesquels ils dépensent le peu d'argent qu'ils arrivent à gagner, surtout s'ils ont laissé tomber les études. Et les plus malins, les plus intelligents, les plus habiles, diplômés de Harvard ou de Yale, arrivent à gagner des milliards en volant les idées des autres, en trichant, en trompant et les rivaux et les amis sans le moindre scrupule. La main-d'œuvre battue et les chefs. Une division pas très saine, à mon humble avis, ni prometteuse.

Voici une autre vidéo, courte et assez marrante, qui essaie d'expliquer les fêtards du thé. Il faut surtout lire les commentaires chez Youtube (y en a déjà plus de 6.000 mdr).



Cela enrage les droitistes !

Un samedi bien planifié

| 1 Commentaire
nouveaubatimentgoogle.jpg
Le nouveau siège new-yorkais de Google entre les 9e et 8e avenues, que la société achète pour plus de 2 milliards de dollars

Le copain m'avait donné hier un ordre du jour pour aujourd'hui - réveil à 7h30, salle de sport à 9h, « Le réseau social » à 11h, « temps libre » de 13h à 17h, dîner à 18h, concert à la Salle Carnegie 20h, dodo à 23h30. On l'a plus ou moins suivi. Les comprimés Advil PM avalés hier soir m'ont un peu retardé ce matin - et les mots croisés m'ont pris un peu plus de temps que prévu, aussi. C'est pourquoi je n'ai passé qu'une demi-heure à la salle de sport, à faire des abdos, avant de rentrer manger ma bouillie quotidienne et de prendre ma douche - mais on était tout de même trop tard pour la séance de 11h, il a fallu changer de salle de cinéma pour aller à la séance de 12h15 de Le réseau social au ciné Clearview Chelsea dans la 23e rue. Peu de monde dans la salle par ce temps ensoleillé. Le film m'a plutôt déprimé - je suis sorti me sentant un peu sali. Ensuite on est allé chercher une commode pour la chambre à coucher - toutes étaient trop larges, hélas. Ailleurs on a vu une commode chinoise soldée pour seulement 787$ mais je préfère attendre.

decohalloween.jpg
Un peu de décoration saisonnière dans le hall du cinéma Clearview Chelsea - un quartier habitué à ce genre de vitrine

Ce soir on rejoint l'amie ex-éditrice dans un restaurant grec avant d'aller écouter la symphonie d'Atlanta à la salle Carnegie.

Petits ennuis informatiques

| Aucun Commentaire
barbretonnyc.jpg
Un petit coin de la Bretagne dans la Cinquième avenue - je passe devant presque tous les jours, mais je n'y suis jamais entré

Mon hébergeur dans l'Arizona admet m'avoir mis sur un serveur « très plein » - pour cette raison, je n'arrive plus à me connecter au site quand je veux, mais plutôt par hasard, ce qui rend par la suite la publication de billets plus difficile que jamais. Le copain propose de mettre Au royaume des aveugles sur son serveur, mais les problèmes de connexion avec le hébergeur actuel rendent un transfert éventuel du site pour le moins problématique, donc on attend toujours une solution faisable.

On a assisté hier soir à un spectacle de cabaret par la chanteuse Colleen McHugh au petit théâtre du Duplex - très marrant, comme toujours. Le thème qu'elle a choisi pour les chansons était le temps - le temps qui passe, les moments dont il faut en profiter. Elle a comme toujours improvisé une chanson - tour qu'elle sait faire avec élégance et beaucoup d'esprit, l'ayant étudié chez Second City à Chicago.

Elle nous a rejoints au restaurant mexicain Agave, tout près de la boîte de nuit, après le spectacle et elle nous a impressionnés avec son intelligence et ses connaissances de toutes sortes de musique vocale. Elle prépare un scénario ainsi qu'une comédie musicale - et elle est bien jeune, en plus, ce qui donne plein de raisons, vous comprendrez, pour l'envier.

Aujourd'hui, c'est le retour de l'automne avec le vent et la fraîcheur. On ne va pas tout de même à Washington demain pour la manifestation pour le bon sens politique (Stewart) ou pour le maintien de la peur (Colbert). Je ne me fie à aucune manifestation dont les organisateurs sont payés par la chaîne Comedy Central, propriété de MTV, ce qui est à son tour propriété de Viacom, dirigée par un certain malin qui s'appelle Sumner Redstone, né Rothstein, supporteur en 2004 de Bush afin de promouvoir ses affaires. Comme on nous le conseille, il faut toujours suivre l'argent.

On n'a rien de prévu pour la veille de la Toussaint - en fait, le copain déteste cette « fête » - on va se cacher sans doute au fond de la chambre à coucher, toutes les lumières éteintes, à regarder du lit les émissions de télé enregistrées par Tivo.
« All discussions concerning 'cost' of the financial collapse are phony. We are living through the wholesale destruction of law, equity, morality, accountability. We now have government reduced to entertainment and Obama is the Entertainer in Chief. For those possessed of modest accumulated assets, the cost will be confiscation. For those with developed skills, the cost will be redundancy, irrelevancy. Propaganda has become our only growth industry. Anyone who still believes in either Democrats or Republicans is a deluded fool. Can anything be done about this process short of physical confrontation with organized authority? Doubtful. »

(« Toutes les discussions sur le « coût » de l'effondrement financier sont bidon. Nous sommes en train de connaître la destruction inconditionnelle de la loi, de la justice, de la moralité et de la responsabilité. Nous avons maintenant un gouvernement réduit au divertissement et Obama est le Saltimbanque en chef. Pour ceux qui auraient d'avoirs accumulés modestes, le coût sera la confiscation. Pour ceux ayant des techniques développées, le coût sera la redondance, l'inapplicabilité. La propagande est devenue notre seule industrie en expansion. Tous ceux qui croient encore aux démocrates ou aux républicains sont des benêts trompés. Y a-t-il quelque chose à faire de ce processus à moins à part la confrontation physique avec l'autorité organisée?? Douteux. »)

Commentaire laissé par un certain « Jake Chase » chez Naked Capitalism, à propos d'un article intitulé Obama ne se donne plus le mal de mentir avec crédibilité, [il] prétend que la crise financière a coûté moins que la crise chez les caisses d'épargne et de crédit [dans les années 80].

On trouve de plus en plus chez les commentateurs des blogues « de gauche » ou du New York Times cette colère dégoûtée contre toutes les institutions politiques du pays, qu'ils trouvent irrémédiablement corrompues.

La présence d'Obama hier soir chez le comédien Jon Stewart ne semble pas avoir convaincu la plupart de ses critiques - et la gaffe verbale qu'il a faite à propos de Larry Summers, chef du Conseil économique national et qui a fait, selon le président, un « heck of a job », ce qui a tout de suite fait frémir tout le public et l'animateur lui-même en leur rappelant le fameux mot de Bush Junior pour Michael Brown, sous-secrétaire à la préparation d'urgence et à l'intervention, à la suite de la catastrophe publique de l'ouragan Katrina en août 2005, « Brownie, you're doin' a heck of a job ».

Mise à jour ou suite au billet d'hier:

« We are witnessing a campaign that is unprecedented in its level of caustic, irresponsible, un-American rhetoric and violence. It is only a matter of time before someone decides that assassination is a reasonable tactic.

We have income and wealth disparities that equal the worst in history, yet it just keeps on getting worse. How long before crime rates surge? What has usually happened over history when this gets bad enough is violent revolution. With Blackwater and the like hanging around ready to fill a gap or collude with a Seven-Days-in-May military mutiny, it is virtually impossible for the little people to prevail should it come to armed conflict. »

Extrait du commentaire le plus recommandé (à 12h20) de ceux laissés chez Paul Krugman dans le Times d'aujourd'hui.

« Nous assistons à une campagne qui n'a pas de précédent en ce qui concerne son niveau de rhétorique et de violence caustique, irresponsable et non américain. Il n'est plus qu'une question de temps avant que quelqu'un ne décide que l'assassinat est une tactique raisonnable.

On connaît des disparités de revenu et de richesse qui sont les pires de l'histoire, mais ça continue à s'aggraver. À quand une montée dans les taux de criminalité ? Ce qui s'est passé normalement dans l'histoire quand cela va aussi mal c'est la révolution violente. Avec Blackwater et d'autres groupes du même genre qui sont prêts à combler le manque ou à comploter avec une mutinerie militaire à la « Sept jours en mai », il est presque impossible pour le petit peuple de prévaloir dans le cas où on arrive au conflit armé. »

Ma candidate !

| Aucun Commentaire
Ma candidate pour gouverneur de l'état de New-York, Kristin Davis, ex-propriétaire de bordel emprisonnée, fait de la pub qu'on a passée à la télé locale aujourd'hui.


« Vote Homo, Not Cuomo ! »

Ce qui est drôle à propos de ce slogan, c'est que le père d'Andrew, Mario, s'en est servi, dans une version légèrement différente, lors de sa campagne pour gouverneur contre l'ex-maire de New-York, Ed Koch - on a scandé alors « Vote for Cuomo, Not the Homo » en dépit du fait que le pauvre Ed était - et reste - enfermé dans le placard. (En l'occurrence, M. Cuomo a gagné, et M. Koch est devenu présentateur néo-con à la télé.)
Une de mes responsabilités au bureau est de trouver des cadeaux de Noël (bien qu'ici on ne souhaite jamais Joyeux Noël à personne, de peur d'offenser une sensibilité religieuse quelconque) pour nos plus gros clients, c'est-à-dire ceux qui nous paient le plus.

billyschelsea.jpg
La pâtisserie Chez Billy dans la 9e avenue

À la bonne suggestion de notre graphiste, on pense envoyer des gâteaux de tasse (et non, je refuse absolument de me servir de leur nom anglais) et des gâteaux secs de chez Billy, pâtisserie très gaie (et très bonne, il paraîtrait) qui se trouve dans la 9e avenue à Chelsea, avec une nouvelle succursale à Tribeca. On va essayer de les faire faire en deux couleurs - rouge et noir, couleurs du logo de la société, mais ça dépend bien sûr du prix de la « personnalisation ». Pour les autres, on va leur envoyer des cartes de Nouvel An, une photo en noir et blanc du parc de la place Madison en hiver, une autre en couleur du même parc avec le bâtiment de l'État-Empire au fond, illuminé, une troisième qui montre, en noir et blanc, les arbres du parc de la place Madison et quelques tours autour, dont le bâtiment du Fer à repasser, et une dernière, en noir et blanc, du bâtiment du Fer à repasser avec dans l'avant-plan des branches d'arbre couvertes de neige. On y ajoutera quelques phrases à propos du bonheur et de la paix dans le monde - des poncifs que la saison demande, en dépit de ce qu'on comprend parfaitement dans les histoires de maisons saisies par les banques et d'annihilation continue d'Afghans et d'Yéménites (parmi d'autres) par des missiles autoguidés américains. Mais tout ça, c'est loin, très loin de nous.

Prémonitions souterraines

| Aucun Commentaire
Il y a dans certains milieux un sentiment qu'on va vers une crise déterminante dans ce pays - il y en a qui disent, comme ce commentateur chez Glenn Greenwald, « I think I'm moving toward the camp of rrheard and others who say, "elect Sarah Dingbat and just watch it all burn." »

Qu'on élise Sarah l'Idiote et qu'on regarde ce monde brûler tout simplement. Comme ça, la fiction actuelle de notre démocratie sera terminée et l'on pourra alors (je crois) essayer d'en construire une nouvelle réalité politique hors du carcan de partis politiques subornés par les grandes sociétés, d'un complexe militaro-industriel qui ne vit que de la guerre et de l'entretien d'empire, d'une présidence corrompue par le pouvoir qu'on lui a donné, d'un système légal où le petit criminel noir est emprisonné pour un rien et le banquier blanc, mensonger et pilleur, voleur de millions de dollars de mille personnes, ne voit jamais les murs d'une cellule. À un certain moment, la modération ne marche plus et même les modérés se découvrent dupes d'un pouvoir qui les méprise.

On a appris aujourd'hui que certains droitistes se sont donné l'autorité de contrôler les électeurs aux scrutins la semaine prochaine - comment, on ne nous le dit pas, mais ça a vraiment l'air d'être de nouvelles Chemises brunes à l'américaine. Regardons un moment cette vidéo prise lors d'une escale de campagne du fêtard de thé Ron Paul au Kentucky. 


On se demande de temps en temps ce qui se passerait dans la cas d'une victoire de cette droite fascisante aux États-Unis. Est-ce que la gauche resterait silencieuse ou docile devant une telle éventualité ? Aurait-on des déclarations de loi martiale dans les villes telles que New-York ou San-Francisco ? Y aurait-il des arrestations pour « terrorisme » domestique de part et d'autre du pays ? Des manifestations violentes ? Des mutineries ? Ou un silence lourd, mécontent, écrasé ?

C'est la belle-mère du copain qui a dit d'un ton assez résigné hier soir dans son salon, « Je suis heureuse de ne pas être jeune quand je vois où on arrive dans ce pays. » Et elle, elle était républicaine il y a vingt ans.

heterochercheemploi.png
On fait de la publicité sur Grindr

Puisqu'on risquait la vie hier soir dans une voiture conduite par un enragé, j'avais décidé à me retirer de la situation effrayante en regardant les gens présents sur Grindr (le copain faisait pareil à côté de moi dans la banquette arrière de la Volvo) - c'est alors que j'ai trouvé ce monsieur sur mon écran - charpentier hétéro qui voudrait bien travailler tout nu ! Ah, si on avait de la place chez nous pour encore quelques bibliothèques...

De retour à Manhattan, on est allé à Chelsea pour dîner et en passant la 11e rue, on a croisé l'actrice Liv Tyler dans le petit jardin devant sa maison, avec un petit enfant, et toutes les décorations pour la veille de la Toussaint.

decoveilletoussaint.jpg
Dans la 11e rue ouest

Il faut que je repasse demain à la gare de Pennsylvanie pour me faire rembourser pour les deux billets de retour dont on ne s'est pas servi.

dumbledorelives.jpg
On vient de voir une première bande-annonce à la télé pour le nouveau film Henri Pottier, qui va sortir le 19 novembre 2010 - donc Dumbledore vit ! Ce graffiti se trouve dans la station de métro de l'avenue Lexington et de la 63e rue est.

Résumé de week-end

| 3 Commentaires
centrevillekinderhook.jpg
Le « centre-ville » de Kinderhook

À la suite d'un grand incendie dans un entrepôt vide aux alentours de la capitale de l'état, Albany, le trafic ferroviaire entre Montréal et New-York a été perturbé tout le week-end et au lieu de nous servir de nos billets de retour par train dimanche après-midi, on a choisi d'accompagner le copain de l'ami avocat anglais dans sa Volvo pour rentrer à Manhattan - autrement, on aurait dû prendre le train Amtrak jusqu'à la station Croton-sur-Hudson, où l'on aurait en principe retrouvé un train de banlieue de MetroNorth pour continuer notre trajet jusqu'à la gare Grande Centrale, d'où l'on allait nous conduire en car jusqu'à la gare de Pennsylvanie - ah, ça, non, merci ! On a donc préféré risquer nos vies dans la voiture avec un conservateur de musée devenu fou derrière le volant - c'est bizarre comment les timides et les réservés se transforment souvent en enragés au volant.

maisonavatar.jpg
Maison qui appartient à l'acteur qui a joué le militaire méchant dans Avatar

Chez de bons homos

| 4 Commentaires
effetsdeweekend.jpg
Passe-temps de week-end

On n'est vraiment pas de bons homos, le copain et moi, et nous le savons très bien, mais en général on arrive à ne pas trop y penser, puisqu'on est habitué depuis longtemps à nos insuffisances en matière de mode de vie, de décoration domestique, de style, etc., qui nous semblent naturelles, peu exceptionnelles. Mais c'est plus difficile d'écarter la notion qu'on n'est vraiment pas bien du tout quand on descend chez des homos qui font un effort suprême pour que tout soit beau, rangé et surtout représentatif d'un goût et d'un raffinement hors du commun. Ah la la, que c'est dur à la supporter, la triste vérité !

vuedelacuisine.jpg
Vue de la cuisine

(L'un des personnes du couple chez qui on est, conservateur de musée profondément inflexible (c'est plus fort qu'eux, je crois), a mis le wifi dans son cabinet de travail érigé dans le petit jardin étroit - on n'arrive pas à l'avoir dans la maison elle-même, et comme il n'aime pas, en dépit de ce qu'il se sent obligé de dire, qu'on y aille pour s'en servir, je dois attendre l'arrivée de gens invités à prendre un apéritif pour pouvoir publier en cachette ce petit billet.)

salledebain.jpg
Objets décoratifs dans la salle de bain du rez-de-chaussée

Plus tard... Ma ruse n'a pas marché, et il a donc fallu attendre ce matin avant de pouvoir se servir du wifi.


Défenseur ou hypocrite ?

| 1 Commentaire


Le président Obama fait aussi une vidéo pour le projet contre le harcèlement de jeunes gais ou présumés gais.

C'est le grand débat du jour ici dans les milieux gais - le président Obama vient de lancer sa propre vidéo sur les jeunes pour le projet Ça s'améliora conçu et commencé par Dan Savage. Certains y trouvent de l'hypocrisie (surtout en vue de ce qui se passe avec la politique restaurée hier de Ne demandez pas, ne dite pas), tandis que d'autres croient que le président ait prononcé quelque chose d'important. De toute manière, c'est dans tous les médias et naturellement dans les blogs gais les plus importants, dont Joe.My.God, où l'on trouvera des commentaires disons cuisants à propos d'Obama vis-à-vis de l'égalité actuelle des gais.

Courses en ville

| 1 Commentaire
acote.jpg
Le vieil ami de la 34e rue ouest vu d'une perspective nouvelle

Pas grand-chose à dire aujourd'hui. M. Obama nous a redéçus, nous les homos américains, en demandant, par son ministère de la justice, un sursis à la décision d'une juge fédérale trouvant inconstitutionnelle la loi de Ne demandez pas, ne dites pas.

dansla34erue.jpg
Dans la 34e rue ouest, la façade du grand magasin Macy's à droite

Une pluie matinale a été suivie de soleil dans l'après-midi. J'ai profité du temps doux pour aller à pied à la gare de Pennsylvanie où j'ai fait imprimer les quatre billets achetés hier en ligne pour notre petit déplacement ce week-end chez des amis à Kinderhook, petit village pittoresque au nom d'origine néerlandaise qui se trouve dans la vallée du fleuve Hudson.

garedepennsylvanie.jpg
Dans le hall pas très élégant de la gare de Pennsylvanie, où il y avait du monde à 16 heures - j'adore les gares !


Notre-Dame-des-fleurs

| 2 Commentaires
Bon, j'ai mis mon ticheurte violet - ce n'est pas très flatteur, je trouve, comme le montre la photo prise par un des mecs du bureau il y a quelques heures - et en plus j'ai un de ces bides, c'est vraiment immonde !

ticheurteviolet.jpg
Et en plus, c'est sale (vieux) et je sue ! (Mais je ne vois jamais de clients !)

De toute façon, je n'ai vu qu'une seule personne en pourpre qui semblait l'avoir mis exprès - un jeune homo dans la 6e avenue, qui portait plein d'insignes gais sur son blouson. C'est vrai aussi que j'ai vu un tas de gens habillés en pourpre, mais ils n'avaient vraiment pas l'air de vouloir commémorer quoi que ce soi, à part un goût pour cette couleur, mais il est possible que je me sois trompé.

livraisondefleurs.jpg
L'arrivée des tournesols dans la 28e rue ouest

Je suis arrivé par la 6e avenue, à travers le quartier des marchands de fleurs en gros - autrefois beaucoup plus animé - où l'on persiste à vendre des fleurs et des articles pour fleuristes en dépit des pressions des promoteurs immobiliers.

anciensbainsdoucheseverard.jpg
Immeuble ecclésiastique qui a ensuite changé de but plusieurs fois

Dans la 28e rue ouest on trouvera aussi cet immeuble sans distinction particulière qui a été construit comme une église avant d'être réaménagé en 1888 en bains-douches publics par un certain James Everard. Très vite, l'établissement a attiré les homos new-yorkais, et les arrestations pour le « vice » ont commencé en 1919 et en 1920. J'avais des amis qui habitaient dans un loft dans la 6e avenue à quelques pas de l'Everard - que tout le monde appelait ironiquement l'Everhard ou le « toujours bandant » - et quand on leur aurait coupé l'eau, ils prenaient des douches chez l'Everard - l'entrée ne coûtant que cinq dollars.

En 1977 il y a eu un incendie dans lequel neuf clients des bains-douches sont morts - ce désastre est rappelé dans le roman excellent d'Andrew Holleran qui s'appelle The Dancer from the Dance, titre sorti du dernier vers d'un beau poème de l'Irlandais Yeats, Among School Children (Parmi les écoliers). Le lecteur (à travers les questions posées par les deux protagonistes du roman) se demande si le héros n'a pas trouvé la mort dans cet incendie. (Il faut dire aussi que ma lecture de ce roman m'a en quelque sorte poussé à vouloir essayer une première saison sur l'île de Feu.)

Journée de l'esprit

| Aucun Commentaire
spiritday.jpg
Demain c'est la soi-disant Journée de l'esprit (non, moi non plus je ne sais pas ce que cela veut dire mais bon, j'essaie de ne pas être trop cynique ou trop méticuleux dans ces affaires socio-politiques). En portant un vêtement pourpre on commémore les suicides récents de jeunes gais et on proteste contre l'harcèlement et la persécution anti-gaie dans les écoles et les lycées. J'ai trouvé quelque part dans le placard une ancienne chemise violette Pink pour le copain ; moi je porterai un vieux t-shirt mauve (c'est presque le pourpre, non ?). Moi, j'ai le droit aux t-shirts puisque je ne vois jamais de clients. Les autres employés sont obligés de porter des chemises à col.

État de déni et d'attente

| Aucun Commentaire
dansla6eavenue.jpg
Une nouvelle tour dans la 6e avenue

On est allé voir le film Le coup d'initié (Inside Job) au cinéma Angelika hier soir - à la séance de 17 h 30 il n'y avait presque personne dans la salle et au début du film, il n'y avait qu'une douzaine de spectateurs. C'est dommage, parce que le film illustre, bien si un peu lourdement, l'arnaque financière dont le public américain a été victime pendant la bulle immobilière. Le film expose aussi les liens plus qu'amicaux entre les professeurs d'économie et de droit aux grandes universités (Harvard et Columbia dans le film) et les grandes sociétés financières - on récompense prodigalement ceux qui ont l'amabilité (et le bon sens économique - et égoïste) de dire et d'écrire ce qu'on leur aurait demandé de dire et d'écrire. Pas besoin d'en faire un drame si l'on ne révèle jamais les intérêts financiers particuliers qui auraient abouti peut-être à telle ou telle conclusion « scientifique ». Ce sont les élites académique, politique et financière qui s'entraident. Comme toujours. Les initiés les plus grands, et les plus criminels, dont Henry Paulson, Lloyd Blankfein et Alan Greenspan, ont tous refusé à parler devant la caméra.
femmeauxcheveuxgris.jpg
Il y a une femme dans la salle de sport qui a les cheveux identiques à ceux de la criarde ensanglantée dans la vitrine d'un magasin de costumes de la veille de la Toussaint dans la 6e avenue. Le visage lui ressemble aussi, en fait ! Je l'avais remarqué en y marchant il y a quelques jours, et puis j'ai vu la femme dans la salle de muscu ce matin.

Frustré, mais veule

| Aucun Commentaire
placeauxcanons.jpg
La place aux canons, à Pierreville

« Look at France, Greece and almost every other Nation. The people stand up in groups of 100's of thousands, they take to the streets and call immediate nation wide strikes..... We blog. »(extrait d'un commentaire de Johnny-Boy chez Glenn Greenwald.) Voilà un diagnostic du « mal américain » actuel - on voit les crimes (fraude bancaire, hypothèques faussées, torture, non-application de lois, etc.), on reconnaît les criminels, mais on (c'est-à-dire, la cour des grands à Washington) n'a pas le cœur de les poursuivre en justice, et le peuple américain est trop gros, trop indécis, trop peureux de perdre son minimum de confort. Donc, on blogue.

appletini.jpg
 Un « appletini » - un martini vodka avec du calvados et une cerise maraschino

 Notre visite à Pierreville se termine - on prendra le train pour New-York ce soir, après une conférence sur l'avenir de l'édition et du livre papier.

vernissagemusee.jpg
Au vernissage d'hier soir dans un musée local

tetesdemort.jpg
Lanternes en têtes de mort présagent la veille de la Toussaint à Pierreville


Retour à Pierreville

| Aucun Commentaire
couleursdautomne.jpg
Couleurs d'automne à Pierreville

Ça fait un an, plus ou moins, qu'on n'est pas rentré à Pierreville mais l'amie veuve nous avait invités chez elle - moi je l'ai accompagnée dans sa voiture avec un chauffeur fou, et le copain est venu plus tard par train. On l'a rejoint à la gare, d'où nous sommes allés, moi au volant, à la Maison de l'Océan, ancien hôtel en bois du XIXe siècle dans le village balnéaire de Colline de la Vigie qu'on a rasé (trop d'asbestos), rebâti et rouvert en mai dernier sur le même site, et dans le même style. Le restaurant principal de l'hôtel est chic, et on y mange locavore - c'est-à-dire tous les ingrédients des plats viennent de fermes ou de pêcheurs de la région, dont les noms apparaissent à côté de chaque plat. En effet, c'était très bon - un peu cher pour la région, qui n'est « riche » qu'en été, quand les estivants sont là.

francophiliedansleswc.jpg
Décorations francophiles dans les WC hommes de l'hôtel


À la campagne

| Aucun Commentaire
merpierreville.jpg
Non, on ne va pas se baigner ce week-end

Terre et mer

| 1 Commentaire
agent8eave.jpg
Un flic chasse des piétons plutôt insoumis - ces vieilles et ces vieux sont terribles !

Il n'est pas, vous vous en doutez, très rassurant de voir une fumée grise qui sort d'un grillage de métro - c'est ce que j'ai vu ce matin en allant au bureau par la 8e avenue - on avait bloqué l'avenue et les trottoirs autour, et on a ensuite bloqué les deux voies vers l'ouest de la 23e rue, ce qui a causé effectivement un énorme embouteillage automobile. J'étais bien heureux d'être à pied.

pompiersetflics.jpg
Des flics et des pompiers font les cent pas à l'angle de la 8e avenue et de la 23e rue ouest - la fumée sortait d'un grillage proche du parapluie rouge

Le capitaine devient capitaliste, euh, galériste - Laurent Gloaguen, installé à Montréal, vient d'ouvrir un nouveau site pour les collectionneurs de photographies d'archives, dont une très belle photo du Bâtiment du fer à repasser à l'angle de la Cinquième avenue et de Broadway qui date de 1903. Ça s'appelle la Galerie du Cabestan et, comme on l'attend du capitaine, c'est très beau, très correct, très sobre. Il y a surtout beaucoup de merveilleuses photos de vaisseaux plutôt exotiques (pour moi, profond terrien qui je suis). On lui souhaite tous les succès pour cette entreprise nouvelle.

Demain, en l'occurrence, on part pour Pierreville, petit centre de voiliers de plaisance, avec l'amie veuve - la météo n'est pas prometteuse, mais ce me fera du bien, je pense, de changer un peu d'air et de sortir de New-York, même pour un séjour très bref. On rentre dimanche soir.

Je l'ai regardé chez Joe.My.God. Gawker le qualifie de « clip Ça s'améliora le plus touchant que vous verrez jamais ». Celui qui parle, qui s'appelle Joel Burns, est un conseiller municipal pour la ville de Fort-Worth, au Texas. Il parle de son père cowboy au nom approprié, selon lui, de Butch et de sa mère pianiste à l'église méthodiste, dans la ville de Crowley. Dans la classe de 9e, un groupe de lycéens l'ont agressé.

À la minute 5.24 : « They said that I was a faggot and that I should die and go to hell where I belonged. That erupted the fear that I had kept pushed down : that what I was beginning to feel on the inside must somehow be showing on the outside. Ashamed, humiliated and confused, I went home. There must be something very wrong with me, I thought, something I could never let my family or anyone else know. » Il s'excuse alors de ne pas pouvoir continuer avec son texte, dont il saute une partie.

Son récit, son léger accent de l'Ouest, son père cowboy, l'angoisse qu'il ressent en s'exprimant publiquement, tout réussit à faire verser de larmes à presque tout le monde ici.

Vive le Chili !

| 2 Commentaires
chile-flag.jpg
Vive le Chili !

Le monde entier le salue et le félicite pour le sauvetage des 33 mineurs (il y en a 13 sortis à présent).

Apocalypse ratée

| Aucun Commentaire
C'était presque l'Apocalypse, selon Gawker ! On a eu de la grêle hier soir, dans la 8e avenue ! On dînait avec l'ami galeriste à une table commune au nouveau restaurant italien Donatella quand les coups de foudre ont commencé, suivis d'un déluge de pluie et ensuite de grêle bruyante, ce qui a provoqué toute la clientèle à se lever pour regarder l'intempérie en dehors des portes vitrées. On est rentré chez nous par une courte accalmie - le copain portait son ciré jaune, mais moi, j'étais seulement en t-shirt léger - l'orage n'a recommencé que lorsqu'on était rentré à l'appartement. Le tonnerre a déclenché plein d'alarmes antivol dans la rue.

marchédelaplaceMadison.jpg
Le marché d'automne de la place Madison

Dans la place Madison il y a un marché d'automne que je traverse chaque fois que je rentre au Village par la Cinquième avenue.

jardinalafrancaise.jpg
Du gravier au lieu de pelouse dans le parc de la place Madison

On a aussi réaménagé quelques parties du parc - au lieu de gazon, on a couvert la terre de gravier, ce qui rappelle un peu un parc français.

Voici un site web qui fait parler tout le monde ici (par Gawker) - ça s'appelle Hot Prison Pen Pals (ou Correspondants sexy en prison) - et l'on voit bien pourquoi.

DanielMulholland.jpg
(Eh oui, ça change un peu de la triste histoire de l'Anglaise tuée par ses « secoueurs » américains en Afghanistan, des machinations sournoises de Benjamin Nétanyahou en Israël, des âneries du candidat républicain pour gouverneur de l'état de New-York, et du lancement du téléphone pour Fenêtres 7, pour ne nommer que ces dernières infos dans l'actualité.)

BernieMadoff2.jpg
Ah, lui aussi figure sur la liste ! J'ai hâte de lui envoyer un mot !

old-man-laughing.jpg
Un senior hilaire et ravi de bénéficier de taux réduits chez Amtrak

« What qualifies as senior ? » le copain a demandé au téléphone à l'agent de l'Amtrak avec qui il réservait des billets de train (un aller-retour, un retour simple, c'est pourquoi ça n'a pas marché en ligne) pour notre voyage à la campagne la semaine prochaine. Le salaud ! (Non, je n'ai toujours pas atteint l'âge pour « bénéficier » de réductions sur les prix de billets). Moi je lui ai répondu qu'on devrait leur demander s'il y avait une réduction pour QI déficient - pour handicapé mental !

facadelucien.jpg
Le restaurant Lucien dans la 1ère avenue

Hier soir on allait dîner avec l'ami angélène, à New-York ce week-end passé pour rencontrer quelques distributeurs possibles pour ses écouteurs de luxe, quand un client du copain nous a téléphoné pour nous demander si l'on voulait dîner avec lui - « Bon, d'accord » on a dit, et l'on s'est donné rendez-vous au restaurant français Lucien, dans la 1ère avenue dans l'Est-Village. Comme il faisait très doux hier, on y est allé à pied, en traversant le Village, qui était bondé de monde, surtout à cause du beau temps.

L'ami angélène a remarqué qu'il avait l'impression que New-York n'avait pas souffert autant que le reste du pays dans la dépression actuelle. C'est sûr que les banquiers se sont défendus ici avec talent. Cette carte du chômage aux États unis, trouvée chez l'économiste Barry Ritholtz confirme cette impression.

By-County-UER-1.png
Chez nous, à New-York et dans le Nord-Est, il est pâle - par contre, dans l'Ouest, c'est grave

J'avais voulu aller au musée Guggenheim mais le copain s'est plaint de l'état toujours déplorable de l'appartement, donc j'ai cédé et j'ai ouvert les derniers cartons - leur contenu est maintenant disposé par terre dans la salle à manger et dans le salon - on n'a pas assez de place, comme je m'en doutais, pour tout ce qu'on a. Les choses nous étranglent.

danslaplacedelunion.jpg
Il fait dans la place de l'Union aujourd'hui, mais il fait orage dans mon cœur (bon, j'exagère un petit peu, je le sais)

Samedi paresseux

| 1 Commentaire
307px-Communities_of_Belgium.svg.png
On coupe ça où, exactement ?

La Belgique éclatera-t-elle bientôt ? Jean Quatremer semble croire à la forte possibilité d'une disparition de l'état qui date de 1830. Ce serait bizarre, je suppose, de ne plus avoir de Belgique - j'ai passé trois ou quatre semaines à Liége (ça m'amuse de me servir de l'ancien accent aigu, disparu en 1946 en faveur de l'accent grave actuel) pour perfectionner mon français, mais j'étais logé chez une famille qui parlait l'anglais couramment - le père était médecin et il conduisait une grosse voiture américaine, qu'il était assez difficile à stationner en centre-ville - la femme du médecin parlait aux gens du parking en « liégeois », que je ne comprenais pas, bien sûr. Après le séjour à Liége, on a passé une semaine à Bruxelles, dans un petit hôtel près de l'avenue Louise. Je me souviens de très peu de cette semaine, à part un déplacement par tram jusqu'à Tervuren, où j'ai visité le Musée royal de l'Afrique centrale sans pour autant deviner que quelques années plus tard je me trouverais à Kinshasa et, trois jours plus tard, en plein milieu de l'ex-Congo belge, à Kananga (ex-Luluabourg, ou ville des Lulua, tribu prééminente dans la région occidentale du Kasaï), dans la brousse, quoi !, comme on disait alors.

Je suis très heureux qu'on ait atteint les trente-trois mineurs au Chili et qu'on va en principe pouvoir les sortir de la mine en quelques jours. Une très bonne nouvelle.

J'ai grande envie de voir le film Inside Job (Coup d'initié) sur la crise financière de l'automne de 2008.

Bon, hop, à la salle de sport - c'est l'heure du cardio !

En famille

| Aucun Commentaire

signaturedelivrerosselli.jpg

Du monde chez l'antiquaire où la signature de livre a eu lieu

Hier soir on est d'abord allé fêter la parution d'un livre de décoration d'intérieur écrit par une amie, la fille d'un ancien boss, chez un antiquaire célèbre dans la 61e rue est. Comme prévu, il y avait du monde, mais j'y ai vu d'anciennes collègues (et leurs enfants charmants), ce qui m'a fait beaucoup de plaisir. L'auteur a signé notre exemplaire du livre avec une dédicace touchante (et l'on peut voir d'autres photos, même du copain, chez le NewYorkSocialDiary, prises par le blogueur lui-même, David Patrick Columbia) et puis on l'a quittée pour nous rendre chez les parents du copain, qui habite le quartier et qui on n'a pas vus depuis quelques semaines.

signaturedelivrerosselli2.jpg

Et dans un autre sens


Flânerie impromptue

| Aucun Commentaire
dansla5eave.jpg
Dans la Cinquième avenue devant la Bibliothèque publique

Après plusieurs heures de glandage plus ou moins transparent (dont deux où il n'y avait personne au bureau à me signaler pour manque d'activité professionnelle), je suis sorti pour aller faire quelques courses tout à fait personnelles, dont acheter un stylo et trouver le répertoire de ressources de la Guilde des Auteurs dramatiques.

tourchrysler.jpg
Dans la 42e rue est, vers la tour Chysler

42erueest.jpg
Et dans l'autre sens, vers l'ouest

Un petit moment de bonheur avant de me coucher...


Le chœur de jeunesse gai de New-York

Un des clients du copain, agent d'artiste, promeut bénévolement ce chœur, le Chœur de jeunesse gai (Youth Pride Chorus) qu'on a vu en concert il y a un an à peu près dans un théâtre du Village. Ils ont enregistré cette chanson pour le projet Ça s'améliore commencé il y a quelques jours par Dan Savage et qui prend de l'ampleur médiatique de jour en jour, avec des vidéos aujourd'hui de Tim Gunn et de Ke$ha.

Portons la pourpre

| 4 Commentaires
nuagesdautomne.jpg

Des groups sur Facebook et sur Twitter (moi je ne fais plus partie de Facebook - ça a duré six mois et puis j'ai dit assez ! et je n'ai toujours pas de compte Twitter) ont commencé une sorte de campagne virale dans laquelle on est demandé de porter un vêtement pourpre pour commémorer les six ados homos qui se sont suicidés récemment aux États-Unis après avoir été maltraités au lycée ou à la fac et pour protester contre l'homophobie en général. Je n'ai pas, il est vrai, beaucoup de pourpre dans mon garde-robe, mais je vais faire un petit effort - une cravate, peut-être ? Ou des baskets ?

basketspourpres.jpg
Ça fait très informaticien, vous ne trouvez pas ?

Rapidement : croit-on vraiment que Jérôme Kerviel fût le seul à avoir connaissance de ses gains (et de ses pertes) à la Société Générale ? Le public anglo-saxon en doute, malgré les efforts d'au moins un avocat de la banque que j'ai entendu dans une interview sur la BBC hier. Tout comme ceux qui ont laissé des commentaires chez France24.

Rahm Emmanuel veut se faire élire maire de Chicago. La droite et la gauche le détestent, pour des raisons évidemment très différentes. Y aura-t-il assez de centristes qui tomberont sous son « charme », qui n'est pas d'ailleurs toujours en évidence ?

Doit-on vraiment avoir peur de voyager en Europe ces derniers jours ? Moi, je ne pense pas, mais je ne suis pas là.

Un peu d'humour avant de me coucher...


« We really like knowing that even if we're separate, we'll still be called equal. » (à 1.08 minutes)

Broadway Surprises

| Aucun Commentaire
danslaboite.jpg
Sur la piste de danse dans la boîte de nuit Touch, où l'on a assisté à Broadway Takes the Runway

Un temps de chien m'a convaincu de prendre le métro hier matin pour aller au bureau au lieu de m'y rendre à pied, ce que je préfère. J'ai forcé le copain à quitter son bureau pour rentrer chez nous à temps pour nous rhabiller pour sortir assister à une soirée levée de fonds à la faveur de jeunes acteurs sans provisions ou assurance pour urgences et soins médicaux - la fondation Al D Rodriguez pour les maladies du foie (cancer et hépatite, surtout), dont on connaît deux membres du Conseil d'Administration qui nous ont encouragés, comme il se doit, à acheter des billets.

L'arc-en-ciel mouillé

| Aucun Commentaire
francaisenville.jpg
Du français dans la vitrine d'un restaurant/pâtisserie dans la 44e rue - j'aime surtout la cédille extravagante

Il faisait presque froid ce matin (non, je plaisante, mais on a quand même mis la couette sur le lit hier soir) - après avoir réveillé le copain à 5 heures 15, lui qui n'entendait pas le réveille-matin (comme c'est typique, n'est-ce pas ?) moi, je me suis rendormi jusqu'à 8 h 30, l'heure à laquelle j'ai dégusté mon café au lait dans une solitude bien agréable avant de m'habiller pour la salle de sport. (Aparté : c'est quand même dommage que mon gymnase ait des affiliés aussi peu mignons, à l'opposé de la succursale de la 14e rue ouest - mais ça concentre, je suppose - on est bien là pour s'exercer, mais les heures qu'on y passe sont souvent bien lentes quand on n'a aucun objet sur lequel on peut reposer les yeux pour quelques minutes agréables.)

Explorations

| Aucun Commentaire
quartierdegaleriesd'art.jpg
Le quartier de la Colline de Boerum devient un quartier de galeries, dont celle-ci de Muriel Guépin, Française qui a quitté la finance pour l'art (quel drôle de choix !), qui avait une réception hier soir

On oublie souvent (surtout les habitants nombrilistes de Manhattan, comme nous) combien il est facile à se rendre à Brooklyn, en particulier à partir du Village - on prend le train F, par exemple, de la station de la 4e rue ouest et après quelques stations, on descend à la rue Bergen (soyons Wallons et disons la rue des Monts, quoi qu'il s'agit, je l'ai découvert par le miracle d'Internet, dans l'origine de ce nom, d'un nom de famille norvégien et non pas d'un nom descriptif), dont on sort en pleine rue Smith (ou rue du Forgeron, pour les puristes), qui est peut-être l'axe principal de l'activité culinaire branchée de Brooklyn, où il faisait beaucoup plus chaud hier soir que dans l'île polaire de Manhattan.


centrededetentionbrooklyn.jpg
Le centre de détention pour hommes de Brooklyn, doré par le soleil couchant, et qui s'appelle en anglais désuet du XIXe, et presque poétique, « The Brooklyn House of Detention », quand il s'agit en fait d'une prison plus ou moins temporaire

entreediscrete.jpg
L'entrée très discrète au restaurant The Grocery dans la rue Smith, à Brooklyn

L'ami bengali nous a fait marcher le long de cette rue pour aller au restaurant qui s'appelle The Grocery, ou L'Épicerie. On nous a offert le choix de tables dans le restaurant ou sur la terrasse - puisqu'il faisait doux et l'on avait un sweatshirt à capuchon, on s'est assis dehors. L'ami bengali connaissait, on l'a appris, l'une des propriétaires et pour cette raison on a eu un service extraordinaire avec toutes sortes de plats supplémentaires - artichauts frits, beignets de pommes de terre, potage aux carottes, panna cotta - qu'on n'avait pas commandées. La chef cuisinière est venue à notre table pour nous demander si tout allait bien - on se serait cru un critique de restaurant important au lieu d'une tablée de quatre homos très ordinaires. Mais en effet, la cuisine était très, très bonne - et le vin, un médoc 2003, excellent et pas cher.

Samedi en ville

| 1 Commentaire

tourniquetdemetro.jpg

Tourniquets de métro à la station de la 33e rue et l'avenue du Parc - faciles à sauter


Journée belle, un peu fraîche. Cardio d'une heure - dans la salle de sport j'ai dit bonjour un jeune pompier, beau, blond et bien bâti, qui passe une partie de l'été aux Pins et à qui on m'avait présenté en août - il a passé la nuit avec le jeune lobbyiste de Washington (c'était bien mon qui avais arrangé ça !). Ensuite on a travaillé, le copain et moi, sur l'appart' pour un moment. Maintenant on va à Brooklyn pour dîner avec l'ami bengali et l'ami oncologue.


siegescurieux.jpg

Sièges curieux dans la même station de métro


La culpabilité du survivant

| 2 Commentaires
Les suicides récents de cinq adolescents gais - Justin Aaberg (15 ans, par pendaison), Billy Lucas (15 ans, par pendaison), Asher Brown (13 ans, par un coup de pistolet dans la tête), Seth Walsh (13 ans, par pendaison) et Tyler Clementi (18, noyé après s'être jeté du pont George-Washington) de ont vraiment foutu un grand coup blues chez beaucoup de monde ici, dont moi.

Brian Moylan, l'un des journalistes les plus spirituels et les plus estimés chez Gawker, a publié hier après-midi un court article mélancolique et formidable intitulé « What's It's Like to Be a Gay Teen », dans lequel il note : « For each one of us survivors--gay men and women who made it through the torture alive--we feel the blow of Tyler Clementi's shame. Having to relive the indignity of what happened to him makes it feel for all of us like it will never get better, like there is no escape. If we can't save these kids' lives, then all of our struggles for civil rights and marriage equality aren't worth anything. »

Les commentaires valent la peine aussi - je ne citerai que ces deux-ci parmi des centaines :

Punderwall a écrit : « The worst part is that growing up gay, I just came to accept physical, verbal, and emotional bullying as something that just happened, as par for the course, so to speak. Looking back now I wonder what the fuck was I thinking in assuming this treatment was normal and something I just had to put up with? I'm not saying I just bucked up and got on with it, there were huge periods of my life where every single day was a massive struggle, but I wonder now what would have happened if I'd just said to myself "wait a minute, this is not acceptable!"

And the saddest part is that even now, years and years later, I still find myself somewhat unable to relate to my straight male peers, because part of me inside is thinking "they can't possibly be accepting of me, can they?" »

RedLineRage lui a répondu: « This really hit home for me. Growing up accepting that this behavior, this cruelty at my expense, was normal, not completely fucked up, is so sad. I look back and I realize that the reason we thought it was something we "just had to put up with" is because our whole society told us that it was. It told us we were freaks, it told us we were outcasts, and it told us that we didn't deserve respect or kindness. That's fucked up. »

La cruauté, l'intimidation, la brutalité, c'était normal, parce que c'était nous, des monstres, des bizarreries de la nature, des aberrations à peine humaines - peu d'hétéros comprennent combien cela marque les esprits qui sont élevés dans ces milieux anti-gais - et presque tous les milieux, partout, dans tous les pays, dans toutes les cultures, le sont, effectivement - quand tout ce qu'on voit sur la télévision est hétéro, quand tous les amis des parents sont hétéros, quand tous ses camarades de classe sont - ou font semblant d'être - hétéros, quand on entend tout le temps des insultes habituelles, des plaisanteries blessantes et humiliantes, qui renforce l'idée qu'être gai n'est pas une chose désirable, en dépit du fait qu'on ne l'a pas choisie !

C'est une des raisons pour lesquelles les homos apprécient tant les deux communautés gaies sur l'île de Feu - on n'a tout simplement pas besoin de cacher son être des regards d'hétéros malveillants. C'est un endroit libre, pour une fois, de cette angoisse quasi-constante que tout homme gai et toute femme gaie ressentent trop souvent dans le « vrai » monde dans lequel on habite et où on est forcément minoritaire, même quand on habite dans un ghetto gai, adorable, sûr, confortable et tout et tout. 

Comme j'avais prévu, la nouvelle du suicide du jeune violoniste du Nouveau-Jersey a fait le JT chez ABC - la présentatrice Diane Sawyer (qui est au fait aussi la femme du metteur en scène Mike Nichols) a même dit qu'on avait inondé la chaîne de mails à propos de ce suicide.

Moi, je sais bien que j'ai triché - je me suis caché, lâchement, derrière une façade d'hétéro - je me suis présenté comme une personne différente de celle que j'étais vraiment - par lâcheté. Il n'y a rien à faire pour cela, c'est dans le passé, je l'assume, mais il faut surtout essayer d'aider les autres à survivre ces moments difficiles.

Quelques liens

Commentaires récents

  • Grégory : @ Hub...Fichtre, où avais-je la tête lorsque j'ai tapé mon lire la suite
  • Hub : Grégory , tu as un peu d'avance sur le calendrier... lire la suite
  • Grégory : Un an et deux jours sans nouvelles d'Edouard...snif... lire la suite
  • ELLA : Bonjour Edouard, Je vous souhaite une très belle année J'espère lire la suite
  • Grégory : Une très bonne année 2016 à toutes et tous ! lire la suite
  • Hub : Bonne Année et meilleurs voeux à vous deux. lire la suite
  • lau : Ahh "au bon pain" ca me rappelle de bon souvenir... lire la suite
  • Nanarf : Vous me manquez. J’espère que votre absence n'est due qu'à lire la suite
  • Dog Breeds Ridgeback : Wandering dogs inside neighborhood tend to "mark" nearby mailboxes, lawns, lire la suite
  • dog breeds : Dogs with congestive heart failure suffer a host of distressful lire la suite

avril 2016

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com