Archives novembre 2010

L'après-fête

| Aucun Commentaire
levortexinterminable.jpg
Il nous a fallu de l'effort pour quitter le vortex familial

On a donc fui les fous et les autres samedi matin après un long dîner bruyant vendredi soir, qui était, bien sûr, arrosé de multiples bouteilles de Château Lescalle 2003 qui a plu à tout le monde (moi, je ne bois toujours pas, donc je ne l’ai pas goûté).

chateaulascalles.jpg
On aide toujours aux exportations françaises

Pendant ce dîner deux des trois chiens se sont amusés à se pourchasser par toutes les pièces du rez-de-chaussée – la cousine du copain et son mari nous ont conduits à la gare de Ouassaïque où nous nous sommes trouvés des places dans le vieux wagon du train à gaz-oil qui nous dépose quelques minutes plus tard à la station Sud-ouest (si, si, c’est bien ça, le nom), où nous montons dans un wagon tiré par une locomotive électrique jusqu’à la gare Grande Centrale.

leschiens.jpg
Une trêve temporaire

leschienssarretent.jpg
Où les chiens me demandent « Mais qu'est-ce que tu fous là ? »

Il y avait du monde, de toute apparence, à vouloir rentrer à la réalité – des jeunes, des vieux, des familles.

dansletrainderetour.jpg
Dans le premier wagon du train de retour


danslagare2.jpg
La gare Grande Centrale le mercredi après-midi


copainavecchien.jpg
Le copain attaqué par le chien de ses parents

La célèbre imprécation de Gide « Familles, je vous hais » est en fin de compte trop banale, et puis la vérité est autre – « Familles, vous m’ennuyez » serait plus correct, je crois – le sentiment n’arrive pas à la hauteur de la haine, mais atteint sans aucune difficulté les niveaux de l’agacement, de la contrariété, et de la complication vaine et futile.

jeukinnect.jpg
Le copain joue au Kinnect avec sa nièce dans la bibliothèque

mirepoix.jpg
La mirepoix pour la dinde

dindecouverte.jpg
La dinde couverte d'étamine

dindecuite.jpg
La dinde cuite

L’alarme antivol s’est déclenchée à 5h28 ce matin, très fort, et on ne sait pas toujours pas pourquoi, mais on n’en parle pas ce matin. On se trouve vraiment dans un asile d’aliénés.

tabledresseeactiondegrace.jpg
La table dressée


coupededinde.jpg
Le copain en train de trancher la dinde, avec les autres dans la cuisine

Après une préparation désorganisée du repas de l’Action de grâce, on est même arrivés aux larmes sentimentales en se souvenant de frères morts, de tantes abandonnées, de mères divorcées et tout et tout – on est vite passé de la vérité plus ou moins vraie à la mythologie familiale qui se crée et se révise à chaque assemblée.

Dans l'attente

| Aucun Commentaire
aucabaret.jpg
On est allé au cabaret vendredi soir pour écouter la chanteuse Colleen McHugh

J’écris les adresses sur les enveloppes pour les cartes de vœux de la société du copain qu’on postera aux environs du 7 décembre. Je suis les nouvelles de la crise financière en Irlande, ainsi que les incidents frontaliers en Corée – tous les deux font baisser la bourse ici, naturellement. On s’attend à quand la meute de banquiers du FMI et de Bruxelles, sans parler des cavaliers de Goldman Sachs et de spéculateurs quelconques, s’attaqueront au Portugal et à l’Espagne. Je me demande encore une fois si la colère des Irlandais sera l’étincelle qui embrasera la finance corrompue, décadente et injuste. Les fêtards du thé américains détestent surtout les banquiers new-yorkais et leurs amis et anciens collègues dans la cour d’Obama, avant toute autre chose. Mais ni Bush ni Obama n’a voulu risquer l’anéantissement de Goldman Sachs. Tout le monde le sait, la gauche ici comme la droite – le centre aussi, heureux surtout d’avoir averti un effritement financier.

boissonrestaurative.jpg
Boisson protéinée fortifiante samedi matin après une longue soirée de débauche

À l'orient, du nouveau

| Aucun Commentaire
entreeabingdon.jpg
L'entrée dans la 36e rue ouest du théâtre Abingdon

The Nanjing Race, qui date de 1994, est une pièce a plusieurs thèmes, dont certains sont très intéressants même, mais l’auteur nous fait errer de l’un à l’autre d’une manière assez saccadée, ce qui diminue l’effet dramatique. Il s’agit de trois personnages, deux Chinois et un Américain – mais l’Américain est mi-blanc mi-japonais, ce qui le rend un peu curieux aux Chinois et différent des blancs américains ou européens auxquels ils sont habitués. On nous raconte l’histoire des atrocités de Nankin commises en décembre 1937 par les soldats japonais.

images.jpeg
L'acteur Ian Wen

Les deux Chinois (l’action se passe en 1988) parlent avec un fort accent chinois quand ils parlent avec l’Américain, mais sans accent quand ils parlent entre eux – l’un, hétéro et père d’un enfant que sa femme ne lui permet pas de voir, joué par Ian Wen, cherche à quitter Chine, tandis que l’autre, homo, joué par James Chen, a déjà essayé de s’évader à Hong-Kong avec un ami particulier, qui s’était noyé.

images-1.jpeg
L'acteur James Chen

L’ami de l’avocat anglais jouait le rôle du Chinois hétéro, mais tous les deux « Chinois » étaient de fantastiques acteurs – ils méritent de devenir de grandes vedettes. La pièce, elle, a eu de bons moments dramatiques et touchants, mais le tout était un peu confus. Mais les deux acteurs, sensationnels !

Unknown.jpeg
Un moment dramatique inattendu et fort vers la fin de la pièce


Bête et méchant

| Aucun Commentaire


C'est bête et méchant, mais c'est aussi très drôle. Les gens de chez Goldman Sachs doivent pouvoir entendre l'aiguisage des dents de fourche.

Lettres de, euh, remerciement

| 1 Commentaire
forgiveness.jpg
« Il s'avère qu'on ne peut pas tout pardonner »

Le milliardaire Warren Buffet a publié dans le Times ce matin une lettre ouverte à l’Oncle Sam à propos de la crise financière de 2008 dans laquelle il remercie la plupart des protagonistes, y compris le président Bush. Le Times n’a pas permis de commentaires, mais l’économiste blogueur Barry Ritholtz en a composé un, qu’il a publié chez lui et qu’il a délicieusement intitulé « Cher Oncle Dupe ». Voici un des paragraphes les plus mordants de sa lettre parodie : « As a student of the Great Depression, Ben Bernanke should have had the best grasp – but his bailout of Bear Stearns revealed him to be just another banker, intent on saving the banks – banking system be damned. To give you a clue of exactly how lost Hank Paulson was, he spent his time praying, and creating documents that exempt himself personally for liability. He’s from Goldman, so we know that “team first” ain’t exactly his style. Tim Geithner, who did such a stupendous job overseeing the banks in the first place, was n way over his head. And while I never voted for George W. Bush, I give him great credit for hiding under the bed and pretty much staying out of everyone else’s way. I would call him clueless, but that wouldn’t be fair to the legions of clueless around the world. » Ah, les légions de paumés dans le monde – et on en connaît beaucoup !

Bon, il semble que le Royaume-Uni va sauver l’Irlande. C’est gentil, même si les Anglais sont plutôt mécontents. Mais pourquoi est-ce qu’on voudrait attaquer l’Allemagne ?

L’ami avocat anglais vient de me téléphoner pour nous inviter à l’accompagner à une pièce de théâtre dans laquelle joue un ami d’un des ses collègues au cabinet – on ira donc au théâtre Abingdon ce soir pour voir The Nanjing Race.

Le conservateur d’art de Washington, avec qui on a dîné hier soir, a grande envie de faire partie d’une maison louée aux Pins l’été prochain. Lui, il est jeune, il est célibataire, il est pas mal physiquement et pour lui, ça a été un petit paradis l’été dernier, quand il est venu passer cinq jours aux Pins, chez nous d'abord et ensuite à l’hôtel Ciel. Le copain et moi, nous hésitons toujours à nous prononcer sur ce sujet – c’est trop à l’avenir, on ne sait pas si on aura l’argent, ou même si on en aura envie. Si l’on prenait une maison, moi je serais sans doute la « matrone » responsable – rôle que je ne suis pas sûr de bien vouloir remplir. Mais c’est tentant, je l’admets.

Plus ça change

| Aucun Commentaire
dejeuneralacampagne.jpg
Autour d'une des deux tables chez des amis au Nouveau-Jersey

On est donc allé à la campagne dimanche pour déjeuner avec des amis qu’on connaît surtout des Pins. Il y avait une vingtaine d’invités, on nous a fait manger de l’osso buco, à table on m’a raconté des histoires à peine croyables de tromperie domestique, dans l’un des cas après dix-neuf ans de vie commune et dans l’autre trois ans. Un couple quittait Manhattan – ils avaient même vu quelques appartements à Brooklyn ! Il y avait assis en face de moi un jeune et beau Brésilien qui m’a souri de l’autre côté de la table mais avec qui je n’ai échangé mot.


prixdelessence.jpg
L'essence est moins chère au Nouveau-Jersey, et moins chère encore si l'on paie comptant

devantletunnelhol.jpg
Dans la queue devant l'entrée du tunnel d'Hollande dimanche soir

On est rentré avec l’ami galeriste, qu’on a convaincu, sans trop de peine, à nous accompagner d’abord à Boxers, un bar gai « sportif » dans la 20e rue, et ensuite (notre destination réelle) au club à garçons disponibles Club 20 (c'est The New VIP Club avec des filles de lundi à samedi, c'est seulement le dimanche soir où c'est gai), où il y a des jeunes hommes peu habillés qui vous offrent des danses contact sur les canapés en velours rouge synthétique – le copain s’en a payé deux – un Brésilien follement musclé et super-cut, c’est-à-dire sans une once de graisse, et un énorme footballeur style Neo-Jersiais tout tatoué, gonflé aux stéroïdes, qui l’a plutôt écrasé dans le siège du canapé pendant la durée d’une chanson (pour 20 $).

Exercices aérobiques divers

| 2 Commentaires
Hier soir il y avait, comme on l’avait attendu, beaucoup d’ours disons costauds, sinon rondelets, mais ce n’était pas là le problème de la soirée – le vrai problème c’était que la plupart de ces gens ne savaient pas danser ! Certains ressemblaient à des bouches d’incendie qui bougeaient doucement, et plutôt arythmiquement en plus, d’un côté à l’autre. D’autres semblaient possédés par la danse de saint Guy, mais je crois qu’ils avaient seulement trop bu. Il y avaient des texteurs qui se plaçaient au milieu des danseurs, et des groupes de trois ou de quatre personnes qui faisaient des petits cercles clos qui gênaient pourtant nous autres. La musique aussi était curieuse – pas de pop (que j’aime, et j’assume), pas de house, pas de chants de femmes remixés, rien qu’une basse insistante. Les gens nous bousculaient tout le temps – impossible à les éviter. Le copain s’en irritait à la longue (il a même ce matin rédigé un brouillon de règles pour la piste de danse que j'espère pouvoir publier plus tard) et vers 2h15 j’étais d’accord pour rentrer. Il y avait du monde dans les rues puisqu’il faisait doux.

ecureuilnoir.jpg
Mon ami l'écureuil noir du parc de la place Tompkins

Aujourd’hui je suis allé faire un peu d’aérobique avant de faire une courte promenade avec le copain – on s’est donné pour but de notre trajet le parc de la place Thompkins, dans le Village-Est. Là j’ai retrouvé un spécimen noir de mes amis écureuils – on a bavardé quelques minutes mais il avait à enterrer encore des cacahuètes, donc notre conversation a été courte.

Demain – un déjeuner à la campagne – au Nouveau-Jersey, même, dans le village huppé de Bernardsville. C’est l’ami galeriste qui nous y conduit dans sa voiture.

Dans la forêt

| Aucun Commentaire
BlowoffNov2010.jpg
L'affiche pour le bal ce soir

Ce soir on va à la « Fat Dance » ou au bal des Ours, qui s’appelle en vérité Blowoff et qui aura lieu pas loin de chez nous, dans la 16e rue ouest. Pas besoin d’avoir été au régime pendant des mois, ce qui m’arrange. Je n’ai pourtant pas de barbe, mais le copain, lui, fera sans doute des conquêtes avec sa toison abondante à la poitrine.

Combattants

| Aucun Commentaire


musiciensdefilant.jpg

Des musiciens défilant

Aujourd'hui c'est la fête des Anciens Combattants (jusqu?en 1954 jour de l?Armistice). Il fait très beau, il y a un grand défilé dans la Cinquième avenue.


jourdejugement.jpg

C'est gentil, je trouve, de nous le faire savoir – pour arranger l'agenda et tout

Je suis au bureau – il n'y a rien à faire, on nous téléphone de l'Inde pour nous demander, dans des accents incompréhensibles, nos coordonnées afin de « mettre à jour nos dossiers&» – on vendra ensuite les noms et les adresses à d'autres sociétés. Je me méfie toujours de numéros de téléphone comme celui-ci : 000000 00000000000.

ancienscombattantsfatigues.jpg

Combattants fatigués (ou saoûls) dans le métro (de Moscou ?)

Il fallait y penser : en réponse à l'A-List homo, centré, comme il le faut, sur Manhattan, on nous offre la B-List, où B voudrait dire « Brooklyn ». Cela m'a fait sourire, c'est vrai.



La B-Liste de Brooklyn

La politique nationale prend des tons de plus en plus durs – un commentaire chez DKos m'a envoyé ici, où j'ai lu les remarques de l'ancien commentateur à la télé publique Bill Moyers, qui vient de prendre sa retraite. C'est un appel à une prise de conscience du public américain, qui pourtant n'aura probablement pas lieu avant un événement catastrophique quelconque (incident terroriste, assassinat, émeute meurtrière)

Mais ce discours, si érudit qu'il soit, n'a rien de nouveau – on connaît les grands thèmes depuis trop longtemps. Cela m'a même rappelé cette harangue faite par le comique George Carlin, mort en juin 2008, dans laquelle il a exprimé la même vérité politique à qui voudrait l'entendre.


George Carlin, grand taquin (et sage observateur) de la vie américaine


De tout et de rien

| Aucun Commentaire
immeubleenveloppe.jpg
Restoration de l'immeuble devant chez nous, à l'angle de la rue Perry et de la 4e rue ouest

Ayant signé, après un court déjeuner avec l’avocat au restaurant français du coin, nos testaments (et des directives médicales anticipées et d’autres papiers pareils, dont les deux employés du copain ont été les témoins requis) cet après-midi (il nous a fallu presque trois ans pour le faire – non, on n’est pas très rapide), le copain a voulu aller au cinéma voir la comédie nouvelle Megamind. On a donc quitté le bureau vers 17h20 pour la séance de 17h40 au cinéma Loews dans la 34e rue ouest. Il y avait peu de monde dans la salle IMAX et le film a commencé en retard. N’importe, car je ne l’ai pas trouvé trop drôle du tout. Il y a quelques effets 3D marrants mais le scénario est mal conçu, pastichant, fade.

danslecinema.jpg
Vue de mon siège au cinéma avant le début du film

On a ensuite, de retour chez nous, regardé le dernier épisode de Glee. (Très bon.)

deuxgarcons.jpg
À l’opposé du film banal, j’ai été tout à fait bouleversé par la beauté trouble de ce morceau écrit, illustré (ou provoqué) par cette image à double sens. Cela me rappelle Genet, dont je viens de terminer son Journal du voleur hier soir.

À la gare

| Aucun Commentaire
garegrandecentraleext.jpg
Devant la gare Grande Centrale, côté sud

Ce soir on est allé voir les parents du copain – on y a marché, en prenant l’avenue du Parc, et l’on est passé par la gare Grande Centrale, cet espace me donne toujours un énorme plaisir.

danslagare.jpg

Dans le hall de la gare

Retour à Internet

| Aucun Commentaire
fenetresrouges.jpg
De belles fenêtres rouges dans la 11e rue ouest

Je n’avais jamais lu Poil de carotte de Jules Renard mais après avoir lu une critique intéressante de son journal, j’ai téléchargé le roman autobiographique pour l’iPhone et je le lis depuis quelques jours dans le métro. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de maltraitance d’enfant ! C’est vraiment d’une méchanceté, d’une vacherie qui est difficile à croire. Cette mère aurait dû être enfermée en prison ! Et le grand frère, le peureux Félix, qui tombe en pâmoison à la vue du sang qui coule du front de Poil de carotte qu’il vient de blesser avec sa pioche.

lumieresde44erue.jpg
Les lumières de la 44e rue ouest

Photo

| 3 Commentaires


dansla5eave.jpg
Dans la Cinquième avenue vendredi soir

Ça marche ? Ou pas ?

| 2 Commentaires
On teste le nouveau hébergeur et la mise à jour de MovableType.

Test

| 2 Commentaires
Test.

Changement d'image

| 1 Commentaire
fetarddethe.jpg
Un malin dans la salle de sport m'a demandé si je portais encore mon costume de veille de la Toussaint 

De par ma chandelle verte ! Je me vois transformé en fêtard de thé (ou presque, puisque j'ai oublié de mettre mes rangers noirs, mais ce sera pour plus tard) afin de célébrer vestimentairement la victoire électorale de ces vieux blancs cols bleus, c'est-à-dire de mon peuple. Je suis ravi de savoir qu'on verra à la télé encore plus fréquemment qu'avant le visage artificiellement bronzé de John Boehner, qui est censé devenir chef de la Chambre des représentants. Le représentant républicain Darryl Issa de Californie, en l'occurrence l'homme le plus riche, on dit, de toute la Chambre avec une fortune estimée à plus de 250 millions de dollars, nous promet une vague d'enquêtes (des centaines, dit-il) sur Obama, parmi d'autres cibles du comité qu'il présidera bientôt. Je suis heureux d'être changé en fêtard de thé, dorénavant on va me prendre au sérieux dans le métro ! On ne va plus plaisanter avec moi ! Chouette !

Le lendemain

| 1 Commentaire
Quoiqu'il ne s'agisse pas, à mon avis et après un examen rapide des gagnants et des perdants, d'une défaite vraiment irrécupérable pour les démocrates, les résultats signalent probablement un moment difficile pour les partisans des droits des gais et lesbiennes, parce que beaucoup de ceux-là ont perdu leurs courses dans la Chambre des représentants, dont Alan Grayson en Floride et Patrick Murphy en Pennsylvanie.

getthefrench.jpg
Vitrine du magasin de vins français où l'on a acheté quelques bouteilles de Côtes-du-Rhône hier soir - ça s'appelle The Burgundy Wine Company et le magasin se trouve dans la 26e rue ouest

D'autres politiciens, déjà connus pour leurs positions anti-gaies, ont été élus, dont Rick Scott en Floride, Mark Kirk en Illinois, Pat Toomey en Pennsylvanie. Les journalistes à la radio parlent assez débilement de « coopération » et de collaboration entre les deux partis dans la direction politique du pays, tandis que je crois sincèrement qu'on entre dans une période de guerre politique ouverte qui ne terminera qu'au moment de la grande bataille de l'élection présidentielle en deux ans. Le Sénat bloquera toute initiative républicaine de la Chambre, et la Chambre, pour répondre à ce refus, ouvrira toutes sortes d'enquêtes sur les démocrates, et sur le président, ce qui divisera encore plus le pays. Je prédis manifestations, voire émeutes, de la part de la gauche négligée et de la part des fêtards de thé, qui ne seront pas contents qu'on ne les respecte pas. Oh, ça va être joli !

Ma maquerelle blonde n'a pas gagné (snif), mais mes autres choix ont réussi. On a passé une bonne soirée avec l'ami péruvien, qui a trop gentiment accepté de transférer ce site de l'hébergeur éprouvant en Arizona à son propre serveur, dans le Westchester. Comme ça, ça va marcher, je l'espère, beaucoup plus facilement dans l'avenir.

Ce soir je vais aller au festival Django Reinhardt à Birdland, avec l'amie ex-éditrice et d'autres. Le copain ne m'accompagne pas, puisqu'il a décidé qu'il n'aime pas du tout le jazz. Je le comprends, mais je me sacrifie pour la cause. Et en fait, ce jazz européen me plaît assez, beaucoup plus que le jazz « forme libre » pour lequel j'ai moins de goût. Et j'aime aussi la compagnie.

(Pas moyen de poster de photos - j'essayerai plus tard.)

Politique

| Aucun Commentaire
Bon, j'ai voté ce matin - il n'y avait pas trop de monde, mais j'ai fait une faute en marquant mon bulletin dans le mauvais endroit et j'ai donc dû demander un autre. Je trouve que le nouveau système de scrutin qu'on vient d'installer chez nous est plutôt con - on vous donne une feuille imprimée (avec caractères tout petits, difficiles à lire, surtout pour nous, les vieux, et dans une salle mal illuminée) avec des petites cases à remplir avec un bic en dessous du nom du candidat. À New-York, on a aussi cette particularité d'avoir le même nom qui figure sur plusieurs listes - le candidat démocrate Andrew Cuomo se trouve donc aussi dans la liste du parti des Familles qui travaillent (Working Families Party) mais qu'importe, j'ai voté pour la pute pour gouverneur, sous la liste du parti anti-prohibitionniste. Dans les autres courses électorales, j'ai voté Familles qui travaillent, sauf dans le cas de M. Schumer, que je n'aime pas trop et où j'ai voté Vert (je ne la connais pas du tout, la candidate verte pour le Sénat, mais bon, elle doit sûrement avoir moins de conflits d'intérêts que M. Schumer, qui va gagner facilement de toute façon.) Mais j'ai oublié de tourner la page pour voir les deux propositions imprimées au verso - comme j'ai dû demander un bulletin nouveau pour remplacer le premier où j'avais marqué la case incorrecte sur la ligne de second sénateur - j'avais cru voter contre Schumer mais j'ai voté contre Mme Gillibrand, que j'aime en fait, donc j'ai dû remplir encore une fois toutes les cases - je n'ai pas fait attention au verso avant de glisser mon bulletin dans le lecteur.

On verra, donc. Mais ce soir on sort avec l'ami péruvien afin de ne pas obséder sur les résultats électoraux.

Et finalement, il est rassurant, je suppose, de constater qu'il y a des hommes politiques démesurément cons ailleurs que chez nous - merci, donc, M. Berlusconi pour faire démonstration de l'existence de l'imbécillité européenne. On vous sait gré !

Un peu de culture

| 1 Commentaire
Samedi soir on est allé écouter l'Orchestre symphonique d'Atlanta à la Salle Carnegie - l'orchestre a joué un programme un peu particulier, exclusivement est-européen, dans lequel il y avait des pièces d'Arvo Pärt, de Bela Bartók et de Leos Janácek (non, je n'arrive pas à trouver comment on fait un « caron » sur ce Mac) - je n'ai pas le programme devant moi, mais le Bartók était mon morceau préféré, un ballet avec beaucoup de percussion et de mouvement. Le Pärt était joli mais un peu répétitif, et le Janécek, une messe chantée en vieux slavon, avait de beaux moments pour les chanteurs et pour le chœur, mais le solo pour orgue a presque réussi à nous fait rire, tellement ça avait l'air veille de la Toussaint. Mais une soirée agréable.

orchestresymphoniquedatlanta.jpg
L'Orchestre symphonique d'Atlanta sur la scène de la Salle Carnegie samedi dernier

(C'est le copain qui a triché en prenant en cachette cette photo de nos nouvelles places dans la corbeille - un étage plus bas que l'année dernière, on monte en descendant, donc !)

Aujourd'hui, il fait hiver - j'ai mis mon beau manteau anglais pour la première fois cette saison, il me donne vraiment l'air d'un dandy. (Gros problèmes avec le hébergeur, comme toujours - il me faut plus de 4 heures pour pouvoir publier - c'est énervant !)

Quelques liens

Commentaires récents

  • Buy VPN Service : LimeVPN is dedicated towards providing Premium VPN Service with multiple lire la suite
  • Cheap Uncrested NHL Jerseys : this taxon of put back is rattling overbold to be lire la suite
  • Ice Hockey Jersey New Zealand : sympathize and copy them out effectively if you aren't diligent. lire la suite
  • NFL Jerseys Nike : player aforementioned. Dennard, the team's unit of time units. The lire la suite
  • Christian Louboutin New York : the Blue Demons demand tetrad-to-quintuplet new players the unify. The lire la suite
  • Discount Baseball Jerseys MLB : by the abruptly success halting that helped him image out lire la suite
  • ELLA : De tout cœur avec vous. lire la suite
  • essay writing service reviews : Hi, everything is going perfectly here and ofcourse every one lire la suite
  • Coach Purses Outlet : we did do Confederate States of America . biological process lire la suite
  • what do you think : Kaptur conveniently people comrade advocate Kucinich a chief role, the lire la suite

juin 2016

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com