Archives décembre 2011

Bonne année

| 5 Commentaires
C'est vieux, tout le monde l'a sans doute déjà vu, ce clip, mais cela m'a fait rire, et ils sont quand même souples, vous ne trouvez pas ?



Je souhaite à tout le monde donc un excellent Nouvel An ! Y aura des affaires à suivre (euro, Iran, présidentielles française et américaine, par exemple). On a de la chance, non ?

La fin des fêtes

| 1 Commentaire
Bon, pour nous, le mari et moi, les fêtes, c’est bien fini – ouf, il était temps – on est sorti avec les amis londoniens lundi soir et l’on a même vu au petit restaurant italien où nous sommes allés (I Sodi dans la rue Christophe) le financier Jon Corzine, ancien PDG de la banque d’affaires Goldman-Sachs, ancien gouverneur du Nouveau-Jersey, ancien sénateur du même état et plus récemment PDG de la société MF Global qui vient de faire faillite en fin octobre, ayant « perdu » plus de 1,2 milliard de dollars de fonds clientèle (et une autre somme de 700 millions de dollars aurait été expédiée à Londres avant l’annonce de la faillite). Malgré la présence d’un éventuel escroc monumental assis sur la même banquette que nous, on a bien mangé.

Hier on s'est voué à la récupération physique et morale – donc, pas une goutte d’alcool, pas une seconde de TV (il ne faut pas compter pourtant le jeu Effet de masse 3, pour lequel le mari se passionne en ce moment – il m’est par exemple strictement interdit de passer devant le téléviseur quand il serait en train de tuer une bête extraterrestre quelconque). Moi, je me retire à la chambre à coucher à lire (ou à relire dans certains cas) les romans sentimentaux gais que j’ai achetés à Londres, dont Then & Now (bien écrit, quoique un rien banal – béguin de lycée qui ravage une vie pendant plus 30 ans, ce qui rappelle en quelque sorte Maurice, Lord Dismiss Us et A Separate Peace – et avec une résolution qui déçoit) et L’Aurige de Mary Renault.) Ces deux livres sont pleins de phrases hyper-anglaises (et souvent vieillies) telles la boisson dite « gin and french », abrégé pour « gin and French vermouth », c’est-à-dire ce qu’on appellerait aujourd'hui un « dirty gin martini », « dirty » à cause de la quantité considérable de vermouth, qui « salit » la « pureté » du gin, et l’adjectif « ropy », qui n’a rien à voir avec les « ropes » ou les cordages, mais qui veut dire « médiocre, d’une qualité inférieure »). C’est drôle, j’ai découvert L’Aurige en livre de poche dans la chambre d’invité chez la famille de ma petite amie le soir avant mon départ pour l’Afrique pour deux ans – ce qui marquerait effectivement la fin de nos relations – et je l’ai lu d’un coup, étonné et aussi ému profondément par la représentation d’homos pas efféminés (un officier naval et un militaire, tous les deux blessés dans la IIe Guerre) et n’ayant pas honte de leur sexualité autre – et cela, écrit en 1953 (année de parution) par une Anglaise, quand l’homosexualité était toujours illégale au Royaume-Uni, et publié aux États-Unis en 1959 seulement. Je me demande toujours pourquoi la famille avait ce roman dans la petite bibliothèque de la chambre d’invité de leur appartement.

Comment on a fêté Noël

| 1 Commentaire
exterieurradiocity.jpg
Devant le théâtre Radio City


sapindenoel.jpg
Le sapin de Noël du Centre Rockefeller


lustrehallradiocity.jpg
L'énorme lustre dans le hall de Radio City


lesgrosamericains.jpg
Quelques beaux exemplaires du mal américain


lasceneilluminee.jpg
La scène illuminée – la salle a plus de 5.900 places

J’adoooore les Rockettes. Nous les avons vues pour la première fois depuis des lustres hier soir. Les Rockettes sont les Nord-Coréennes de la danse, super-disciplinées, mécaniques, dépourvues de personnalité individuelle. L’ami parisien qui est allé les voir vendredi soir les a qualifiés d’« efficaces » et il avait raison. Mais elles sont quand même spectaculaires. Le show lui-même n’est pas profond et cela se termine avec un spectacle religieux d’un goût douteux, mais j’ai aimé les chameaux et l’âne. Et les Rockettes !

lespectacle1.jpg
Le spectacle – on a permis les photos sans flash


lacrechevivante.jpg
La crèche « vivante » et l'arrivée des trois rois mages


lesrockettes.jpg
Et la « finale »

On était censé aller voir les stripteaseurs, mais la boîte était fermée – les danseurs ont sans doute dû rester chez eux avec leurs femmes et leurs enfants pour le Noël – et donc le mari et moi, on s’est trouvé d’abord à Boxers où nous avons flirté avec l’adorable barman torse nu du Texas en buvant nos verres de vodka. On a continué à G, où nous avons salué un ancien barman des Pins (adorable, lui aussi), et puis on a terminé la soirée, ronds comme des queues de pelle, chez les lesbiennes et le joli barman au Cubby Hole, avant de rentrer, tant bien que mal, chez nous.

menorahallume.jpg
Et d'autres fêtes religieuses se font voir aussi

dinerliquide.jpg
Notre « dîner liquide »


lemenu.jpg
Et la carte (chez le Cubby Hole)

Mais je suis tout de même allé à la salle de sport aujourd’hui et le mari a dû redémarrer deux serveurs chez des clients. On reçoit dans le taudis ce soir – les amis londoniens, qu’on invite à dîner dans un restaurant italien du coin. J’ai essayé de les déconseiller de venir chez nous, mais ils ont insisté, en disant qu’ils voulaient nous apporter du champagne. Cette explication-là, je l'ai acceptée, bien sûr.

Noël en bref

| Aucun Commentaire
Bon, c’est fait. Le mari s’est laissé emporter par la furie marchande saisonnière en achetant pour moi ce qui me semblait presque la moitié de la boutique Paul Smith dans la Cinquième avenue – je vais retourner le parapluie et les ceintures et je garderai les gants. Le mari a trop acheté après avoir vu le tout petit sac de chez Paul Smith dans lequel se trouvait la petite chemise rayée que je lui avais achetée. Il est comme ça, trop généreux !

tumblr_kve6et8TSK1qzdvhio1_500.jpg
Celia Johnson dans Brief Encounter

On va ce soir voir le spectacle des Rockettes – on a déjà regardé, pour la nième fois, le DVD de Brief Encounter (de Noël Coward). Plus tard, on est censé aller assister avec les Français à une soirée de stripteaseurs. Un Noël plutôt réussi, en somme.

Réveillon en famille

| 4 Commentaires
magnoliabakery.jpg
Du monde devant la pâtsserie Magnolia dans la rue Bleecker

Un drôle de déjeuner aujourd'hui, où l’on bavardait en anglais, français et italien – il n’y avait qu’un Italien à notre table mais le maître d’hôtel était Italien lui aussi, ainsi que deux amis de notre ami qui se sont assis au bar, donc l’équipe italienne a gagné sur l’équipe française. On n’a pas bu de vin, Dieu merci, (on a eu pas mal de pinot grigio hier soir) mais des cocas light et des doubles espressos après. Ensuite on est allé bouquiner dans BookMarc, la librairie du créateur Marc Jacobs, qui avait des foules de gens qui cherchaient des cadeaux de dernière minute.

bookmarc.jpg
Et en face, la librairie BookMarc, où l'on ne pouvait plus bouger

De retour chez nous, on est allé nous faire masser chez les Chinois de la rue Christophe – et après on s’est mis au lit pour regarder la fin du film plutôt idiot Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal tout en mangeant des olives et des crisps – réveillon plutôt domestique, n’est-ce pas ?

Joyeux Noël à tout le monde !

pubbresil.jpg
On faisait de la pub pour le Brésil dans la Cinquième avenue il y a quelques jours


aveduparcensoleille.jpg
Il a fait plus beau le lendemain – le consulat général d'Italie à droite, l'institut espagnol de la Reine Sofia au milieu, parmi les immeubles en brique


knoedlerferme.jpg
La galerie Knoedler, l'une des galeries américaines les plus vieilles, vient de fermer ses portes après 165 années d'opération à la suite d'un scandale financier à propos de quelques faux Jackson Pollock


devantlentreedufrick.jpg
Devant l'entrée de la collection Frick dans la 70e rue est


aufrick.jpg
Après l'expo Picasso, on est allé saluer nos amis les Vermeer, les Boucher et le Bronzino, ainsi que quelques Rembrandt et Turner


restaucache.jpg
L'entrée d'un restaurant plutôt caché dans la rue Morton – il s'appelle Hudson Clearwater, et c'était assez bon mais on n'y sert pas de pain ! (C'est pas possible, n'est-ce pas ?)

On sort tous les soirs – et c’est très difficile de ne pas trop manger et boire. Jeudi on est allé voir l’excellente exposition de dessins de Pablo Picasso à la collection Frick – vraiment à ne pas manquer si vous vous trouvez à New-York. Jeudi soir on est allé dîner avec de nouveaux amis de Los-Angeles, un avocat retraité et un scénariste de série télé (oui, on est très envieux, j’assume). Ce soir c’est l’un des amis français, qui vient chez nous après le spectacle des Rockettes à Radio City. Demain c’est toute la bande – franco-italo-américaine, à déjeuner. Le calme reviendra avec Noël, mais on invite les amis londoniens, arrivés pour les fêtes hier soir, à dîner lundi. Ouf ! Je vais avoir besoin de beaucoup d’heures de cardio la semaine prochaine !

entreeilluminee.jpg
Une entrée et une cour d'appartements curieusement illuminées, dans la rue Hudson 

On vient de rentrer du cinéma où nous avons vu le dernier Almodóvar – La peau que j'habite. Très beau, cela m'a rendu un peu nerveux, je n'apprécie jamais les outils médicaux !

idoledesamis.png
Voici le favori sur Grindr de tous les amis français ici en ce moment – qu'en pensez-vous ?


recommendation.jpg
Photo qui m'a fait sourire


Dernière journée à Londres

| Aucun Commentaire
decodescalier.jpg
Escalier dans la 10e rue ouest décoré pour Noël

Le temps doux continue. Le père du mari est arrivé à Los-Angeles. On sort tous les soirs. On mange et boit trop.

vellibrueexposition.jpg
Les vélibs londoniens dans la rue de l'Exposition

Mais terminons d’abord avec nos photos de la visite à Londres. Vendredi le 9 il faisait froid et ensoleillé. Le mari a insisté qu’on loue des « Boris bikes » (appelés comme ça pour l'actuel maire de Londres, Boris Johnson, né à New-York !) dans la rue de l’Exposition pour faire un tour dans le parc de Hyde juste au nord. Ce qu’on a fait.

cyclistealondres.jpg
Le mari en cycliste londonien

Les vélos sont faciles à manipuler, avec de grosses roues solides, et il nous a fallu avant tout nous souvenir qu’il fallait rester sur la gauche dans la voie. On a laissé les vélos dans le parc avant d’aller explorer l’énorme Terre des merveilles d’hiver, fête foraine installée dans la partie sud-est du parc.

granderouemerveilles.jpg
La Grande Roue


arbrequiparle.jpg
L'Arbre qui parle, et qui terrorise les enfants !

Bon, je l'avoue, j’adore les fêtes foraines, et celle-ci était très marrante, avec une grande roue et toutes sortes de manèges « à frissons » délicieusement violents. On a d'abord fait la Grande Roue, que le vent secouait.

voisineenburqa.jpg
Une femme en burqa monte dans la cabine voisine


vuedelondres.jpg
Vue d'en haut


villagebavarois.jpg
Le Village bavarois


pourlesenfants.jpg
Manège pour les enfants


foules.jpg
Il y avait du monde à la fête foraine – beaucoup d'Arabes et de jeunes Français


toboggan.jpg
On descend à toboggan


lapatinoiremerveilles.jpg
La patinoire


imperialequimonte.jpg
Un autobus à l'impériale qui monte et descend


araignee.jpg
Le mari n'a pas voulu prendre un tour sur celui-ci


montagnesrusses.jpg
Mais je l'ai obligé de m'accompagner sur celui-ci

impossible.jpg
Tout à fait impossible (pour moi, du moins)


paspossible.jpg
L'écœurant de plus près


ontombe.jpg
En train de chuter de 13 étages – notez bien les jambes


sautaski.jpg
Le saut à ski, qui a failli nous faire dégueuler (donc, un grand succès)

J’ai dû prier au mari de m’accompagner sur les montagnes russes, puisqu’il n’aime pas les manèges à chocs, et on s’est bien amusé. Moi, je n’ai pas pu faire le manège de Treize Étages, où l’on vous monte et puis vous laisse tomber d’une hauteur de treize étages (évidemment), mais on s’est convenu de faire le saut à ski, où il s’agissait d’un balancier, à l’un des bouts duquel il y avait des bancs de sièges qui tournaient, eux, en rond en même temps que le balancier oscillait. À vous faire perdre votre dernier repas, c’est sûr ! Moi je me suis fermé les yeux, tout en me sentant l’estomac tiré par çi et par là, et le mari poussait un hurlement animal désespéré continu à côté de moi. Oui, j’ai adoré, même si l’on n’est pas retourné à la normale qu’une bonne demi-heure après.

devantlerestaurantgauthier.jpg
Devant l'entrée du restaurant Gauthier à Soho

On a déjeuné à la librairie Waterstone’s Piccadilly, où j’ai acheté pas mal de livres, avant de rentrer, par le bus, à l’appartement. On avait rendez-vous avec des amis à 19 h 30 à L’Œillet vert dans la rue Grecque, avant de continuer au nouveau restaurant français Gauthier, où l’on a eu un véritable dîner de gala (il s’agissait d’un dîner d’anniversaire.) On s’est dit les adieux devant le restaurant à la fin de la soirée parce que les amis anglais avaient à voyager à (Old-)York pour un mariage et nous avions à faire nos valises pour le retour à New-York.

clubaffairesheathrow.jpg
Dans le club SkyTeam Affaires à l'aéroport de Heathrow, où le wi-fi ne marchait pas avec mon iPhone, grrrr...


Le dirigeant suprême

| Aucun Commentaire
Kim-Wine.jpg
Le dirigeant bien-aimé mort il y a deux jours

Kim Jong-Il avait, on apprend, des goûts bien particuliers. Grand connaisseur, il ne buvait par exemple que du vin français (selon M. Constantine Pulikovsky, que j'ai entendu ce matin à la radio publique). Signe d’un dictateur, c’est évident. (Nous, on n’a bu que du vin argentin ce soir, tellement on est démocrate à fond.)

Surprises

| 2 Commentaires
danslagaregrandecent.jpg
En entrant dans le hall de la gare Grande Centrale de la sortie de métro


entreeoysterbar.jpg
L'entrée du restaurant au sous-sol

C’est pas toujours la fête, les fêtes – on est allé déjeuner avec une amie et son mari anglais qui habitent Pierreville jeudi au Bar à Huîtres de la gare Grande Centrale, qui se trouve au sous-sol de la Gare grande centrale. On avait une table ronde pour cinq au fond dans la salle, contre le mur. Il y avait du monde. Le mari anglais avait commandé un énorme plateau d’huîtres qu’on venait de mettre au milieu de la table, avec des quarts de citron et des petites fourchettes à fruits de mer.

danslebarahuitres.jpg
Dans le Bar à huîtres

Moi, j’avalais une huître de la côte nord de l’Île Longue quand je voyais, du coin des yeux, l’amie devant moi qui s’écroulait par terre. Les gens derrière se sont tournés pour voir, son mari s’est tout de suite agenouillé par terre à côté d’elle, en lui donnant un coup de serviette mouillée sur le front – on est resté, nous, le mari, moi, et une autre amie, frappés de surprise. Une minute après, l’amie s’est relevée, tout doucement, et s’est remise sur la chaise, le visage pâle et embarrassé. On a téléphoné à son médecin qui lui a dit de venir le voir tout de suite, à l’hôpital Columbia-Presbyterian, et ils ont donc ramassé leurs affaires et sont partis sur-le-champ.

dumondedanslagare.jpg
Vue du balcon du magasin Apple – il y avait du monde, c'est sûr

Nous, nous avons terminé les huîtres et nos repas et ensuite nous sommes allés voir, le mari, l’autre amie et moi, le nouveau magasin Apple qui a ouvert à l’entresol du grand hall de la gare. Il y avait, à mon avis, trop de monde dans les trois espaces qui composent le magasin pour pouvoir acheter dans le calme, mais j’ai l’impression que le magasin plaira beaucoup aux passagers de trains de banlieue qui chercheraient à tuer quelques minutes – et à dépenser quelques dollars.

clienteleapple.jpg
Dans le magasin Apple

On a appris plus tard qu’on lui avait mis un stimulateur cardiaque dans la poitrine, et que ses deux enfants sont venus pour être à ses côtés. Mais elle va mieux (on s’envoie des textos) et elle espère pouvoir quitter l’hôpital aujourd’hui ou demain.

notresapindenoel.jpg
Et notre sapin de Noël – un rien pathétique, je sais, mais ça fait des années qu'on n'en a pas eu un, on n'a plus l'habitude !!

Pensées pour l'Égypte

| 1 Commentaire
Je comptais terminer aujourd’hui mon récit de voyage en Angleterre, retardé par une grippe courte mais solide, qui m’a obligé de rester au lit deux jours avec une petite fièvre embêtante mais je suis tellement troublé par ce qui se passe actuellement en Égypte (et surtout au Caire, il me semble) que je préfère attarder la fin de mon voyage outre-Atlantique (c’est-à-dire, vers l’autre côté de cet océan) pour signaler mes inquiétudes pour la démocratie naissante égyptienne. Au fond, tout le monde se rend compte qu’il va falloir chasser les militaires du pouvoir – autrement ils ne vont pas s’en aller. Une guerre civile ? Une révolution populaire ? J’ai bien l’impression qu’il n’y a presque pas de bourgeoisie libérale indépendante (c’est-à-dire, non liée au régime ou aux militaires) – ou pas assez – pour pouvoir élever un intellectuel traditionnaliste mais aussi moderne et ouvert au monde à une position d’importance réelle pour saisir le pouvoir du pays. Je crains donc qu’on arrivera à un démagogue « populaire » qui saura exprimer les frustrations de la grande majorité du peuple égyptien tout en faisant un bon marché avec les autorités militaires. On aura alors une Égypte islamiste que les jeunes et les modernes quitteront pour toute une génération. C’est quand même déprimant.

institute.jpg
Les flammes sortent du 1er étage de l'Institut de Géographie hier après-midi

On dit que l’Institut de Géographie d’Égypte, fondé par les Français, dans la place Tahrir, serait en flammes. Zeinobianote amèrement : « Of course all parties are blaming each other whether the army or the protesters but the army is responsible of protecting that building which is more important than the cabinet HQ. Our scientific heritage is completely burnt and I think it is symbolic , our youth is killed , our scientific heritage is burned , our Sheikh is killed , our future is doomed. It is worth to mention that 95% of those in the street last night whether army units or protesters did not know what this building was and what it contained. There is no hope for a nation its humans are treated like animals. There is no hope for a nation that does not respect its history or science just like nothing. I am sorry but I can’t keep to myself otherwise I will be lying. »

Internet marche toujours en Égypte et on peut suivre les développements sur place en lisant l’excellent blog d’une francophone Snony que je recommande sans hésitation. Il y a aussi le blog Egyptian Chronicles et celui de Nico du Caire où l’on trouvera de nouvelles et de vidéos (souvent atroces, celles-là).

Séjour anglais – suite

| 1 Commentaire
petitdejgarepaddington.jpg
On prend le petit déjeuner dans un restaurant dans la gare de Paddington

On est donc allé voir, le lendemain de notre voyage à Cambridge, une amie qui habite aux environs de Bath, dans l’ouest de l’Angleterre. De nouveau on se trouvait à la gare de Paddington, où l’on a pris le petit déjeuner dans un restaurant de l’entresol. Il y avait du monde dans le train – moi, je lisais le bouquin sur la vie romaine à l’époque d’Hadrien que j’avais acheté à Cambridge tandis que le mari s’amusait à briser les cœurs sur Grindr (on dirait qu’il y a pas mal d’âmes désespérées et/ou trompeuses à la campagne anglaise).

arriveeabath.jpg
On commence notre promenade en face de l'hôtel Empire


eglisebath.jpg
Une vue de l'Abbaye de Bath


barragedebath.jpg
Un petit barrage, qui s'appelle un « weir », dans le fleuve Avon à Bath

On est arrivé à Bath vers 11 heures et notre amie nous attendait à la gare, d’où on est parti prendre le thé dans un petit salon de thé charmant qu’elle connaissait. Le mari et moi, nous avons goûté pour la première fois aux « gâteaux de thé » et à une petite pâtisserie au chocolat avec nos cafés au lait. Un WC ancien se trouvait dans un cabinet extérieur sans chauffage, ce qui a rappelé à moi et au mari, d’une façon un peu déconcertante, notre propre salle de bain à New-York.

eglisebathcentreville.jpg
L'église de St Michel et de St Paul


lesinsurgesdebath.jpg
Les Insurgés de Bath dans un parc du centre


lecercledebath.jpg
Le Cirque de Bath, vers le nord


lecercledebath2.jpg
Et vers l'arc sud

Ensuite on a fait un petit tour de la ville – on a même croisé les Insurgés de Bath qui campaient dans un parc. On a vu le Cirque – un rond de bâtiments construits entre 1754 et 1768 inspiré par le Colisée à Rome. La pierre de Bath est une pierre à chaux d’une légère couleur de miel qui est très jolie et qui ressemble à la pierre de taille qu’on voit à Paris et ailleurs en France. Bath en tout est très joli.
On est rentré d’Angleterre samedi soir – un vol exceptionnellement calme, en fait, à part un peu de turbulence lorsqu’on passait au-dessus du Maine. On a dû quand même faire un assez long détour devant la cote du Nouveau-Jersey avant d’atterrir à Kennedy. Dimanche on est allé au bureau chercher les cartes de vœux de Noël (qu’on ne mentionne pas en fait, parce qu'on est athée) qu’on avait livrées vendredi dernier – j’avais le devoir de mettre à la main, en calligraphie plus ou moins élégante, les adresses sur 250 enveloppes à peu près. J’ai donc commencé en regardant (plus ou moins) les émissions du Daily Show et autres qu’on avait fait enregistrer en notre absence.

vendeusedesapins.jpg
La vendeuse de sapins balaye le trottoir devant le Duplex dans la 7e avenue


lessapinsdenoel.jpg
On les ranges, les sapins, le long des trottoirs – New-York en est inondé ces jours-ci

On a aussi acheté, pour la première fois depuis des années, un sapin de Noël chez les Canadiens qui se sont établis sur le trottoir de la 7e avenue à l’angle de la rue Christophe. Le mari l’a décoré avec des lumières qu’il avait retrouvées dans son placard (je ne me rappelle plus pourquoi elles étaient là) et c’est assez joli le soir.

entreelagrenouille.jpg
L'entrée du restaurant La Grenouille dans la 52e rue est

Hier soir on a fêté le Noël en offrant aux employés et leurs compagnes un dîner au restaurant La Grenouille dans la 52e rue est, juste en face du magasin Cartier décoré d’un énorme ruban fait de petites lumières rouges. C’est le mari qui a un petit faible pour ce restaurant un peu vieillot et qui a voulu le partager avec les gens de sa boîte qui autrement n’y iraient jamais. Et en effet, c’était assez amusant. On nous a assis à une table ronde au milieu de la salle – les employés sont tellement jeunes que j’aurais bien eu l’air d’être leur père s’ils n’étaient pas d’origine chinoise, latino et afro-dominicaine. Il n’y avait pas, à vrai dire, beaucoup de diversité ethnique dans la salle, à part quelques rares aides-serveurs noirs ou asiatiques. La cuisine était acceptable, mais les vins, et je n’ai pas bien sûr commandé les plus chers ou les plus rares, étaient un délice – un chablis 1er Cru Vaillon 2010 et un pomerol Château Plince 2005 et un champagne Pol Roger pour le dessert.

Après avoir mis nos invités dans des taxis, aux frais de la boîte, pour qu’ils pussent rentrer facilement chez eux, au Bronx et à Queens, sans difficulté, le mari et moi, nous sommes allés à pied jusqu’à la station de métro de la 50e rue où nous avons pris le métro pour rentrer chez nous.

apprendrelefrancais.jpg
Pub dans le métro – je trouve quand même que c'est plus agréable d'apprendre le français en France

Une soirée agréable et le mari est trop généreux – il avait aussi remis aux deux employés, quand on mangeait des soufflés au chocolat et aux pistaches, des enveloppes pleines de fric pour leurs primes de fin d’année. Bon, on rentre en Angleterre pour un petit moment (parce que j’ai tant de photos à publier !)

quaidegaredekingscross.jpg
Le quai de la gare de King's Cross (ou la Croix du Roi ?), à Londres

Au pont du Cam

| Aucun Commentaire
harrodsillumine.jpg
La façade de Harrods illuminée pour Noël

On va ce matin à Cambridge – pour aucune raison particulière, seulement pour le voir puisqu’on ne le connaît pas. On part de la gare de King’s Cross, qui serait la même gare d’où Henri Potier et ses amis prennent le train pour l’école de magie Hogwarts (ou Poudlard en VF).

La vie à l'heure de Londres

| 1 Commentaire
patinoiremuseescience.jpg
La patinoire devant le musée de la science à Kensington du sud

Journées occupées – samedi soir on est allé dîner au Dean Street Townhouse, en plein milieu de Soho qui était naturellement bondé de monde. On y a très bien mangé et après on a fait un tour au Green Carnation avant de prendre le métro pour le retour chez nous, à Knightsbridge.

On n’a pas trop bougé dimanche matin (réveil assez tard) et puis on s’est habillé pour un déjeuner très angliche chez des amis dans le quartier du Puit aux Clercs (Clerkenwell) – des Australiens, des Australiennes, un Russe, trois Américains, plusieurs Anglais. On a commencé avec le champagne, puis on nous a servis du sancerre (pour le poisson) et du bordeaux (pour le rosbif), suivis de sauternes et de porto pour les fromages et le dessert – on était à la longue complètement rond, cela va sans dire. Les gens étaient très intéressants – quelqu’un travaillait pour Al-Jazeera, il y avait des avocats, dont un qui allait à Paris deux fois par mois pour collaborer avec le bureau là-bas. Lui, il m’a demandé « Mais pourquoi les Américains aiment-ils tellement Paris ? Londres, c’est plus grand, c’est plus cosmopolite, il y a de tout ici, mais Paris, c’est… c’est tellement français, et il n’y a que ça. » J’ai haussé les épaules pour lui dire que je n’avais effectivement aucune réponse. Il y avait des gens qui travaillaient dans la pub de mode – un beau jeune homme partait aujourd’hui pour Milan et ensuite Rome. Le mari, lui, n’a pas réussi à rester debout finalement – on a donc dû partir vers 19 heures, un peu tôt (à mon avis), pour rentrer.

marchecoventgarden.jpg
Le marché de Covent Garden


museedestransportsdelondres.jpg
Le Musée des transports londoniens

Aujourd’hui il allait mieux après un long sommeil de 9 heures. Il a décidé qu’on irait visiter le Musée des transports londoniens qui se trouve dans l’ancien Marché aux fleurs à Covent Garden. À ma petite surprise, ça a été très intéressant, ce musée, plein d’écoliers et de jeunes enfants.

ancienmarcheauxfleurs.jpg
Dans le musée, l'ancien marché aux fleurs


originedesdallek.jpg
C'est l'origine peut-être des Dalek (Dr Who) ? C'est vraiment un abri antiaérien individuel pour les employés de métro pendant la 2e Guerre mondiale

Après s’être un peu perdu dans le quartier, on a retrouvé un petit restaurant qu’on aime bien tout près de la rue Rupert et qui s’appelle Randall & Aubin. La cuisine est excellente, la clientèle est toujours amusante, les serveurs, hommes et femmes, sexy et sympas – ça fait des années maintenant qu’on y retourne et chaque fois c’est un repas plus qu'agréable.

divachantante.jpg
Elle chantait des airs de l'opéra Turandot – et elle chantait bien, en effet !


decordenoel.jpg
Les Anglais adorent les décorations de Noël

À l'étranger

| 1 Commentaire
soleillevant.jpg
Le soleil se lève sur l'Europe samedi matin


garepaddington.jpg
Dans la belle gare de Paddington, où on est arrivé de l'aéroport de Heathrow


jardinsennismore.jpg
Les jardins d'Ennismore, qu'on a passés en route vers la rue Brompton pour faire des emplettes


Quelques liens

Commentaires récents

  • essay writing service reviews : Hi, everything is going perfectly here and ofcourse every one lire la suite
  • Coach Purses Outlet : we did do Confederate States of America . biological process lire la suite
  • what do you think : Kaptur conveniently people comrade advocate Kucinich a chief role, the lire la suite
  • Cheap Jerseys Online : be understood unless you make grow your ascribe wit associate lire la suite
  • Cheap Cycling Gear.Com : motorized shopping Can Be The superfine care for, rectify? Massages lire la suite
  • Manchester United Jerseys For Kids : of earth structure. required ascribe: Sesamum indicum Sieu-USA present Sports lire la suite
  • Coach Handbags Outlet : and took a fighting ended this. It was during the lire la suite
  • Goedkope Air Max : way. thither are the cause why I 't need to lire la suite
  • Usa Soccer Jerseys Sale : 27 calling starts. 195. WR brunette : He had been lire la suite
  • Coach Handbags : influence And it could deal. metropolis Eagles: It be up lire la suite

juin 2016

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com