Ce qui est dû aux amis morts

| 1 Commentaire
Vendredi matin on a donc appris, le mari et moi, la mort d’une amie à Pierreville qui avait 94 ans – elle n’avait pas été bien depuis longtemps et sa mort a dû lui être une délivrance d’une vie péniblement restreinte. Elle avait été l’inspectrice des impôts du village dans la même période où le mari était le percepteur des impôts et ils ont passé des heures ensemble, dans un petit bureau sale et poussiéreux, à bavarder et à se raconter des histoires en attendant les quelques payeurs d’impôts, très rares, qui aimaient payer leurs impôts en personne, et souvent en espèces ! (Les plus méchants payaient même en pièces de monnaie.)

hallgaregrandecentrale.jpg
Dans le hall de la gare Grande Centrale dimanche après-midi

Après une certaine hésitation à cause de quelques projets du mari pour deux clients qu’il espérait finir samedi, on a finalement pris le train de banlieue pour le Connecticut dimanche après-midi afin de pouvoir assister aux funérailles le lundi matin. Le train de banlieue allait jusqu’à la gare de Saybrook-la-Vieille, où une amie est venue nous chercher pour nous ramener à Pierreville. Là on a eu des apéros avec d’autres amis avant de dîner.

voitureancienne2.jpg
 Dans une des anciennes voitures du chemin de fer du littoral oriental

Lundi il a fait froid, venteux et ensoleillé – on s’est habillé en costume foncé et cravate noire pour les funérailles, qui allaient avoir lieu dans l’église épiscopalienne du village, l’église du Calvaire. On était assis dans les bancs à 10 h 30 et la messe a commencé à 11 heures précises. Beaucoup d’hymnes, une récitation à l’unisson du Psaume XXIII, qui est joli – « Yea, though I walk through the valley of the shadow of death, I will fear no evil » – avant de bénir le cerceuil.

placeauxcanons.jpg
La Place aux canons à Pierreville

laruedeleau.jpg
La rue de l'Eau à Pierreville

egliseducalvaire.jpg
L'église du Calvaire

Le service religieux terminé, on est allé à pied à la réception, qui a eu lieu dans une ancienne fonderie transformée en centre communautaire par les fonds offerts par notre amie et son mari décédé il y une dizaine d’années.

ancienneusine.jpg
L'ancienne fonderie, où l'on a fabriqué les armes pour les forces de l'Union dans la guerre civile américaine (la partie en brique de l'usine a été réaménagé en appartements de luxe)

maisonanciennetypique.jpg
Ancienne maison yankee construite vers la fin du XVIIIe siècle, résidence d'immigrés portugais (pêcheurs, ouvriers) au début du XXe, maintenant résidence sécondaire pour New-Yorkais ou Bostoniens

quaidegareSaybrooklavieille.jpg
Quai de gare à Saybrook-la-Vieille

À 14 heures on s’est retrouvé à nouveau dans une voiture assez délabrée du Chemin de fer du littoral oriental, qui dessert la région à l’est d’Havre-Neuf le long du détroit de l’Île Longue. Pas confortable du tout ! Il leur faut des amortisseurs un peu plus efficaces. On a changé de train et de voiture à la gare d’Havre-Neuf, mais le nouveau train était aussi peu confortable que l’ancien. Pour ne pas parler du personnel indifférent, impoli, insolent.

rueCharlescrepuscule.jpg
La rue Charles au crépuscule – je voulais prendre la photo de la pleine lune qui montait juste au milieu, mais l'iPhone n'a pas été assez sensible

pleinelunetruquee.jpg
Avec plein de truquage Photoshop, on la voit, la lune, qui monte au-dessus de la tour de la bibliothèque Jefferson

L’amie au perroquet se trouvait, comme prévu, à côté du bureau d’information au milieu du grand hall de la gare Grande Centrale – elle nous a gentiment raccompagnés par métro chez nous, où nous avons déposé nos bagages avant de repartir vers la bibliothèque Bobst de l’Université de New-York. On a fait une brève escale dans un bar-restaurant dans la 4e rue ouest qui s’appelle maintenant Oliver's où le mari et l’amie ont pris des apéros raisonnables et où moi j’ai commandé un martini au concombre, qui n’était pas mal du tout en fait. Eux, ils ont mangé un plat de calamars frits.

lebarOliver.jpg
Chez Oliver dans la 4e rue ouest, à l'angle de la rue Barrow

On a eu la chance de trouver un taxi qui nous a déposés juste devant l’entrée de la bibliothèque, qui est surtout connue pour le nombre impressionnant d’étudiants qui se sont suicidés en se jetant des étages supérieurs au rez-de-chaussée (on a maintenant installé des murs de plexi qui bloquent toute tentative de saut).

plafondbibliothequebobst.jpg
Le plafond de la bibliothèque Bobst

plancherbibliothequebobst.jpg
Et le plancher – ça donne l'impression d'un jeu de formes piranésien

On a pris l’ascenseur pour monter jusqu’au 10e étage, où la conférence allait avoir lieu dans les locaux de la bibliothèque Tamiment, où l’on trouvera aussi les archives de l’Amérique irlandaise – c’est pour cela qu’on est venu, car il s’agissait d’une conférence donnée par un ami dont le père était patriote/terroriste/insurgé/libérateur (à vous de choisir le terme qui convient le mieux à votre notion d’histoire) irlandais au début du XXe siècle. On essayait aussi de vendre un livre qui vient d’être publié pas une maison d’édition à Dublin de la correspondance de cet homme – le père de notre connaissance. Et, à notre surprise, c’était très intéressant – le père avait été beau gars, il s’est marié avec une héritière californienne (pas bête, le type), qui l’a divorcé plus tard.

expoErnieOMalley.jpg
Une photo de l'écrivain patriote (ou...) et une affiche publicitaire pour un de ses livres

filsdepatriote.jpg
Le fils du patriote/terroriste/écrivain nous parle de son père

Après avoir quitté la bibliothèque vers 20 heures, on a trouvé un restaurant mexicain dans la 7e avenue où l’on a mangé des tapas et bu de la sangria en discutant de la bonté et de la méchanceté des familles, et en particulier de la méchanceté de la sœur de l’amie au perroquet. Ce soir, c’est la fin du cycle de l’Anneau – le Crépuscule des dieux à l’opéra Métropolitain au Centre Lincoln. On y va avec l’entraîneur/chanteur de jazz James, qui vient de rompre avec son copain de 8 ans.

1 Commentaire

Hello, I enjoy reading all of your article. I like to write a little comment to support you.

Laisser un commentaire


Quelques liens

Commentaires récents

  • zo'n goed penis vergroting : Hello, I enjoy reading all of your article. I like lire la suite

novembre 2016

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com