En attente d'on ne sait trop quoi

| 2 Commentaires
On serait, il me semble, dans une période d’attente – je n’ai pas encore ouvert le fichier qui contient le CV du mari qu’on pensait envoyer à la femme à La Nouvelle-Orléans qui lui avait promis un poste là-bas. J’ai terminé un très bon livre sur le quartier du Vieux Carré qui a pourtant un titre qui sonne un peu « drag queen » à mon avis – « Madame Vieux Carré ».

9781604733587.jpg
La couverture du livre « Madame Vieux Carré »

C’est mieux sous-titré « Le quartier français dans le XXe siècle » et c’est effectivement une histoire très bien écrite et détaillée de l’histoire sociale, politique, et économique de ce quartier célèbre de 1900 au présent. J’ai aussi commencé un roman dit « picaresque » qui a lieu dans cette ville – « La conjuration des imbéciles » de l’auteur John Kennedy Toole – où le héros, un gros fainéant qui s’appelle Ignatius, remarque que « New Orleans is […] a comfortable metropolis which has a certain apathy and stagnation which I find inoffensive. » Après l’échec de faire publier ce roman, l’auteur s’est suicidé aux alentours de Biloxi, au Mississippi, en 1969.

On n’a toujours rien décidé pour l’été prochain – on ne fait rien et on reste en ville, ou on va aux Pins, ou on essaie La Cerisaie ?

La situation du père du mari nous pose de nouvelles questions difficiles – le mari et l’un des ses frères ont consulté lundi après-midi un avocat spécialiste du droit des personnes âgées – le père continue son train de vie tout à fait irresponsable et on va bientôt lui proposer de le mettre, volontairement d’abord, sous tutelle de son fils, frère du mari – ce qu’il va, sans presque aucun doute, refuser catégoriquement. Il restera donc la question de décider si l’on doit le poursuivre en justice pour lui ôter certains droits, ce qui sera tout un sac d’embrouilles. Mais laissé à lui-même et à l’aide/assistante qui ne fait pas grand-chose, il va se trouver dans la rue et sans un sou. On espère qu’il va se présenter aux urgences de l’hôpital local dont le personnel a convenu de le conduire aux services pour personnes âgées où l’on lui fera passer un examen sur sa santé mentale. Si on le trouve dément, il sera alors beaucoup plus facile de s’en occuper légalement. Mais le processus est compliqué (comme il se doit quand on cherche à enlever des droits à des gens) – il faut, par exemple, embaucher un avocat opposé, pour soutenir les droits de la personne à laquelle on cherche à enlever les droits – et le juge décidera ensuite, lui, lesquels des droits on sera autorisé à prendre.

Aujourd'hui le mari procrastine au bureau où il devrait être en train de préparer les factures mensuelles. Il préfère plutôt m’envoyer des vidéos comme celle-ci.


Je trouve ces machines tout à fait extraordinaires, quand même


cinemarate.jpg

En attendant l'amie en retard, devant le cinéma, et le Bâtiment de l'État-Empire au fond, à droite

Samedi dernier on a raté notre visite au cinéma IFC dans la 6e avenue pour voir Pina 3D de Wim Wenders avec une amie, qui est arrivée un peu en retard, après le début de la séance, à cause de son perroquet mal élevé (si, si) – on nous a remboursé les billets (à notre grande surprise) et on a pris un taxi pour aller dîner (tôt) à Chelsea – on a d’abord essayé au restaurant Park, qui avait l’air vide, mais l’hôtesse nous a avisé froidement qu’il n’y avait pas de places parce que tout était réservé. Bon.

moulinavent.jpg

La bouteille de Moulin-à-Vent qu'on a bue au restaurant Cookshop – je poste ces photos pour Wam, qui s'y connaît en vins

On a continué notre poursuite au Cookshop, où l’on nous a dit qu’on pouvait manger si l’on acceptait de libérer la table à 20 heures. Ce à quoi on a vite consenti. On a bien mangé, avec un vin acceptable, et on nous a remerciés d’être partis quelques minutes avant l’heure convenue, en nous exhortant de revenir très bientôt.

On a dîné dimanche soir avec l’ami galeriste, parti depuis lundi matin pour une semaine au soleil mexicain, sur la péninsule du Yucatan, sur la Riviera maya. On était d’abord passé chez les stripteaseurs de la boîte mafieuse 20/20. Il y avait un adorable jeune Russe au nom culturellement improbable d’Armando à qui j’ai filé un billet de 20 dollars sans subir une soi-disant « danse sur les genoux » ou danse-contact tandis que le mari a payé un jeune acteur porno tout récemment venu de Los-Angeles et un grand mec très musclé qui s’appelait Dean et qui habitait dans le Queens, ce que j’ai trouvé beaucoup plus sexy que d’habiter Los-Angeles, c’est vrai. Je ne sais pas, je ne l’aime pas quand des inconnus, même très beaux et excitants, doivent faire semblant de me trouver pour avoir un pourboire, mais je respecte beaucoup leur travail.

cocktaildaffaires1.jpg

Au cocktail d'affaires dans le show-room dans la 30e rue ouest

Lundi soir on est allé à une réception pour fêter le début de plusieurs lignes nouvelles de mobilier que des amis font faire en Chine et qu’ils importent aux États-Unis. Leur affaire a réussi, ce qui nous fait contents, et le mari s’occupe de leur informatique. Il y avait des décorateurs d’intérieur, des clients, des amis, des designers. Ils avaient même engagé un groupe de musiciens jazz pour jouer pendant qu’on bavardait.

musiciens.jpg

Le trio jazz au milieu du show-room


cocktaildaffaires2.jpg

Une autre partie du show-room

On est parti après deux petits verres de pinot grigio. 

Le mari a envoyé hier soir un mail à ses frères et à sa sœur, ainsi qu’à son oncle, frère du père, en y attachant une lettre qui explique pourquoi la famille chercherait à mettre le père sous tutelle. L’oncle jusqu’à maintenant est le seul à répondre: « I wish I could really be concerned about his well being. But it's hard. » L’avocat testamentaire m’a dit hier « Dans ces cas-ci, personne n’en sort heureux. »

2 Commentaires

Amusez vous bien avec "la Conjuraison des Imbéciles". C'est assez connu en France, je ne sais pas trop quel est le statut actuel de ce livre aux Etats-Unis. En tout cas, c'est un excellent souvenir de lecture.
Et Merci pour cette video des Nano-quadrotors, qui dans un registre différent, m'ont également réjoui!

Oui, vous nous direz ce que vous penser du livre.

L'ami galeriste peut se plaire sur la Riviera Maya: la plage des garçons sensibles n'est sans doute pas assez chic pour lui, mais s'il s'aventure dans la boîte du même public... des garçons de 23 ans qui vous font la dans sur les genoux (et plus!), simplement parce qu'ils sont chauds et que vous êtes exotiques, ça peut faire du bien au moral et à l'ego..

Laisser un commentaire


Quelques liens

Commentaires récents

  • Jérôme : Oui, vous nous direz ce que vous penser du livre. lire la suite
  • Nicolas : Amusez vous bien avec "la Conjuraison des Imbéciles". C'est assez lire la suite

septembre 2014

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com