Archives juin 2013

Acte III - scène 1ère

| Aucun Commentaire
Il faisait déjà 31°C à 10 heures et demie du matin et on s’est donc habillé avec cette observation en tête – t-shirts, shorts de sport, baskets, sacs en plastique pour les téléphones mobiles au cas où les orages prévus se réalisent (et les iPhone sont, comme tout le monde le sait, très, très sensibles à l’eau). L’ami ex-bengali en provenance de Brooklyn nous a rejoints chez nous et notre bande à trois a d’abord entrepris d’atteindre la station de métro de la rue Christophe, mais celle-ci était déjà bloquée par la police, ce qui nous a obligés de prendre l’avenue Greenwich pour arriver à la station de la 4e rue ouest, où l’on a pris le train F jusqu’à la 34e rue puisqu’on avait supprimé les stations dites « locales » pour des raisons de travaux de week-end.

On descend du métro donc à la 34e rue et la 6e avenue et on prend le Broadway vers le sud – mais les barricades érigées pour « contrôler les foules » aussi bloquaient effectivement notre chemin et on a finalement décidé de nous installer sous un échafaudage sur le côté ouest de la 5e avenue à l’angle de la 26e rue.

gouinessurmotos.jpg

Là on a vu l’arrivée des Gouines sur motos (c’est plus sonore, si du même goût douteux du point de vue du politiquement correct, Dykes on Bikes), qui ouvrent traditionnellement le défilé new-yorkais. Ce groupe était suivi par des ballons arc-en-ciel et par le chef honoraire du défilé 2013, Mme Edith Windsor, la veuve de 84 ans qui a fait tomber l’atroce et humiliant Acte de défense du mariage mercredi dernier. Il y avait des affiches « Thank you, Edie ! » un peu partout.

ballonsarcenciel.jpg

Les ballons arc-en-ciel en début de marche

Acte II (mais en abrégé)

| 1 Commentaire
bellejourneesurlesquais.jpg
Sur le quai de la rue Christophe cet après-midi

En principe on allait passer le week-end à La Cerisaie mais avec la décision par la Cour Suprême contre la constitutionnalité d'une partie importante du soi-disant Acte pour la défense du mariage on fait la fête mercredi soir un peu fort et on s'est décidé finalement de rester en ville vendredi avant de prendre une décision de rester ou de partir.

drapeauxLaCerisaie.jpgMon arrivée à La Cerisaie vendredi il y a une semaine – j'adore ces énormes drapeaux

danseusedehula.jpgEn attendant l'arrivée de notre invité le jeune peintre au bar La Cerise, on a apprécié l'élégance de cette jeune « danseuse » hawaïenne

jeunerusseauxpins.jpgIl y avait aussi chez nous deux des jeunes Russes – dont celui-ci, qui pose devant la maison aux Pins d'amis qui nous avaient invités pour un déjeuner d'anniversaire

jeunessefatiguee.jpgLa jeunesse n'a pas, on apprend, l'endurance de la vieillesse cynique, connaisseuse et alcolo

superlunesurlamer.jpgLa soi-disant « superlune » du week-end dernier

danslaruechristophe.jpgDans la rue Christophe quelques minutes avant la présentation de Mme Windsor, qui venait de gagner son procès contre les États-Unis devant les juges de la Cour suprême

danseurbarhangar.jpgComme j'ai signalé plus haut, on a fêté un peu trop bien la bonne décision juridique – nous voici dans le bar Le Hangar dans la rue Christophe

aubarlemonstre.jpgEt ensuite au bar Le Monstre dans la place Sheridan où on a rencontré une charmante Australienne lesbienne de Sydney à laquelle on a voulu montrer les meilleurs bars gays et lesbiens du quartier – ce qu'on a fait avec une certaine expertise avant de l'accompagner, très tard, à son hôtel près du parc de la place Washington

On a la flemme – on reste en ville pour assister au grand défilé qui commence à midi dans la 5e avenue et surtout pour applaudir, à la suite de ce qui s'est passé honteusement à Saint-Pétersbourg ce samedi, les chars des Russes homos. C'est tout-à-fait dégoûtant ce qui se passe actuellement en Russie en ce qui concerne les homosexuel(le)s – nos amis russes parlent d'un boycott éventuel des jeux Olympiques de Sochi.



Entracte heureux

| 4 Commentaires


« I want to sing ! I want to shout ! »

On sera tous devant le bar Stonewall ce soir!

P.-S. Notre comptable va maintenant pouvoir déclarer nos impôts fédéraux en couple marié reconnu – je ne sais toutefois pas si cela va nous bénéficier ou pas du point de vue de ce qu'on doit payer au fisc ;-).

thejuahncabreraband.jpgPhoto prise il y a un mois à peu près dans le Massachusetts, où il faisait froid !

Ah, j’ai bêtement oublié de vous annoncer la sortie du premier single du jeune chanteur colombien Juahn Cabrera dimanche dernier sur iTunes, sur Amazon et sur CDBaby – tous aux États-Unis, bien sûr, donc en principe pas déchargeable à partir d’Europe ou d’autres pays. On vient de renouveler son permis de séjour pour une courte période, mais il lui va falloir faire une nouvelle demande pour un autre permis dans l’automne. Ah, que ces histoires de visa et de permis de séjour me lassent !

On a donc recommencé la ronde d’été avec tous les personnages traditionnels de ce drôle de spectacle – au lever de rideau il y a la foule de beaux ouvriers – électriciens et menuisiers de bâtiment couverts de poussière – qui circule, une cannette de bière à la main, à la gare des chemins de fer de l’Île Longue et qui prennent, comme moi, les trains d’avant 16 heures, où l’on paie un tarif heures creuses, les jeunes homos aux coiffures soignées et aux muscles comme il faut que montrent bien leurs chemises un rien trop serrées qui montent dans les wagons avec un amas de sacs bourrés d’habillements divers qu’on porterait selon le temps, l’heure et l’inclination, les barmen qui vous saluent au débarquement dans La Cerisaie, les serveurs qui vous embrassent en vous donnant la carte, les travestis qui brillent dans leurs robes de paillettes, les vicelards, âgés et jeunes, qui vous lorgnent d’une manière tout à fait suspecte.

faonlematin.jpgL'un des jeunes Russes qui cherche un short

Il y a aussi les personnages disons épisodiques, tels les jeunes Russes, qui font apparition sur scène à des moments quasiment imprévus – le week-end dernier, par exemple, on s’attendait à accueillir l’un des jeunes Russes (en principe, et jusqu’à une nouvelle invasion, en ce qui concerne cette « pièce », il n’y a que trois « jeunes Russes » qui y figurent) et en fait on en a retrouvé un autre, vendredi soir, bourré comme un âne, qui se promenait sur la piste de danse avec un grand mec en slip qu’il nous présentait comme son « nouveau mari » et « l’amour de ma vie » (tous les deux prononcés avec un fort accent russe). Le mari leur a invité à rentrer chez nous, ce que le jeune Russe a vite accepté et donc vers 2 heures et demie du matin on est rentré, tous les quatre, chez nous – les parents (nous) avec les enfants (le Russe et son grand ami qui s’appelait Patrick et qui était journaliste, ayant même passé une année en poste en Afghanistan). Le mari, hôte prévenant, leur a donné des préservatifs et du lubrifiant et, les portes fermées et nous dans notre lit, on a senti trembler toute la petite maison. Ah ! la jeunesse !

Le lendemain le « nouveau mari » s’enfuit aux Pins, où, d'après lui, ses amis l’attendent, et le jeune Russe annonce, en sirotant son café, « Non, je n’ai pas envie de le revoir. » « Mais, » je lui dis, « tu nous avais dit que Patrick était l’amour de ta vie, n’est-ce pas ? » Il me regarde en fronçant les sourcils, « Mais Patrick, c’est qui ? »

Le samedi soir, on dîne au restaurant Le Château de Sable avec deux des trois Russes – on leur donne à manger, on les saoule et on les repousse vers les Pins, où s’amusent la plupart des jeunes de leur âge, tandis que le mari et moi, en dissolus décrépits, s’enfoncent dans la gaîté un peu décousue de la piste de danse chez Cherry’s, où le mari s’amuse à danser avec un ami brésilien. Nos faons rentrent vers 6 heures du matin et, après avoir vidé le frigo, dorment jusqu’à midi.

Dimanche soir on dîne aux Pins au Bistro avec l’ami galeriste, qui porte une casquette de camionneur à travers, dans la mode d’un jeune du ghetto, et comme il n’est ni jeune ni noir, je lui demande ou de remettre cette casquette correctement ou de la ôter tout à fait – il la remet avec la visière devant.

Le repas terminé, le mari et moi, nous rentrons à pied à La Cerisaie pour assister au Spectacle de Merde (c’est bien ça, son nom), qui a lieu après minuit dans un coin du restaurant Le Château de Sable. Revue loufoque, désorganisée, satirique, bête. On s’est couché vers 2 heures et quart. On est rentré à New-York lundi après-midi.

debutdespectacle.jpg Le début de spectacle, avec la machine à fumée en bas

alenlizaminelli.jpgLe serveur Al en Liza Minelli – notez svp les baskets et les chaussettes noires qui complètent ce costume

emiliocommeannie.jpgEmilio se déguise en Annie, en reprise à Broadway

lafinale.jpgLa finale, avec, de g à d, Busted, Patti et Al

Hier j’ai dîné au Café Un Deux Trois dans la 44e rue ouest avec un ami qui cherche à organiser une nouvelle foire d’art pour le printemps prochain – mais il a plus ou moins piqué le nom d’une autre foire qui va sans doute porter plainte contre lui pour utilisation abusive ou atteinte à la propriété – il ne voulait pas parler de cette éventualité et il s’énervait quand je lui ai demandé s’il avait réfléchi à un nouveau nom pour sa foire. Dîner donc pas très agréable, mais le beau coucher de soleil qu’on a vu en quittant le restaurant valait la peine.

coucherdesoleil44erueouest.jpgDans la 44e rue ouest

Encore

| 6 Commentaires
coucherdesoleililedefeu2013.jpgUn beau coucher de soleil d'il y a deux semaines photographié sur la plage entre Les Pins et La Cerisaie

On a recommencé le va-et-vient archipélagique entre l’île de Manhattan, l’île Longue et l’île de Feu en dépit d’un temps qui persiste à être plutôt frais et pluvieux.

portedentreealamaison.jpg Cette porte d'entrée plutôt kitsch laisse à imaginer les délices décoratives de l'intérieur

Ce week-end on a eu le plaisir d’encourir les larmes d’Andréa, c’est-à-dire plus de 12, 11 cm de pluie en 26 heures. Ce qui n’a pas, cela ne vous étonnera pas, rendu facile le trajet vers le quai d’embarquement à Sayville – tous ces jeunes hommes de 30 à 40 ans en shorts moulants avec sac à dos Prada et fourre-tout Louis Vuitton, les lunettes de soleil au visage en dépit du manque très évident de rayons UV ou autre, les cheveux cirés ou raides de gel coiffant, les iPad à la main, n’arrivaient pas à manier avec la superbe souhaitée leurs gros parapluies contre les coups de la tempête.

lesalonalacerisaie.jpgLe salon de la maison de La Cerisaie – le tableau à droite (style De Chirico et Tchelitchev) a été peint par le constructeur de la maison, lui-même décorateur de théâtre, ce qui explique un peu les excès « dramatiques » dans tout le décor

La traversée de la Baie était lente et on était secoué par les vagues. Le mari, en ciré jaune, m’attendait sur le quai.

Pardon

| 5 Commentaires
fautedorthographe.jpgMes plus humbles excuses à vous toutes et tous pour ce trop long silence, qui n’est dû à rien de particulier, sinon à la vive peine morale que je ressens à la vue d’une telle faute d’orthographe qu’on nous fait subir dans la rue Perry, chez un joaillier.

Quelques liens

Commentaires récents

  • viagra bio : Thanks on your marvelous posting! I actually enjoyed reading it, lire la suite
  • Fake Oakleys : This exclusive designer sunglasses is something almost every desire, whether lire la suite
  • http://cryptonuke.wixsite.com/cryptonuke : Wow, fantastic blog layout! How long have you been blogging lire la suite
  • explosivemarketing.jimdo.com : Hello, I log on to your blog regularly. Your humoristic lire la suite
  • zo'n goed penis vergroting : Hello, I enjoy reading all of your article. I like lire la suite
  • https://www.diigo.com/ : It's actually very difficult in this active life to listen lire la suite
  • https://plus.google.com/+brandandwin/posts/BGbFtEyKmRx?sfc=true : Hey are using Wordpress for your blog platform? I'm new lire la suite
  • reverse phone lookup : reverse phone lookup australia free reverse phone lookup genie reverse lire la suite
  • Grégory : J'ai beau ne pas être américain, j'ai reçu un sacré lire la suite
  • Hub : Nous sommes terrifiés...... lire la suite

décembre 2016

Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Me contacter:

edouardleborgne@gmail.com